Rodrigues : Von-Mally et Roussety s’invitent mutuellement à démissionner

Avec le soutien de

Le ministre de Rodrigues demande la démission ou la révocation du Chef commissaire. Ce dernier réclame la démission du son ancien leader et la dissolution de l’Assemblée régionale (ARR). Il appelle également le peuple Rodriguais à revendiquer l’indépendance de Rodrigues.

La guerre des chefs à Rodrigues s’amplifie. Le ministre de Rodrigues et leader du MR, Nicolas Von-Mally, et le Chef commissaire de l’Assemblée régionale, Johnson Roussety, se sont affrontés ce matin du vendredi 7 janvier par conférences de presse interposées.

Si le premier soutient que Johnson Roussety n’a pas le droit moral de rester en poste, le second lui affirme qu’aucun des deux partis politiques ayant des membres élus à l’ARR ne détient la majorité.

C’est justement en se basant sur ce postulat que Johnson Roussety a écrit au Président de la République pour lui demander de dissoudre l’ARR. Johnson Roussety affirme également avoir parlé à sir Anerood Jugnauth et que ce dernier lui a déclaré qu’il n’interviendrait pas dans les affaires de l’exécutif régional suite à la lettre que lui ont adressée les membres du MR.

Lors de sa rencontre avec la presse, Nicolas Von-Mally a expliqué que le MR a voulu laisser au Chef commissaire une chance pour une sortie honorable. Il prévient que si Johnson Roussety ne démissionne pas, il partira «dans le déshonneur».

«Nous procédons par étape. Cela ne veut pas dire que nous ne connaissons pas les procédures. Nous respectons l’autonomie de Rodrigues mais nous respectons aussi les institutions de la République…Nous ne souhaitons pas passer par une motion de blâme. Mais s’il veut partir dans la honte, il aura ce qu’il veut», explique Nicolas Von-Mally avant de déclarer que c’est un dernier avertissement que le MR lance à Johnson Roussety.

A cela, Johnson Roussety répond par un défi lancé à son ancien leader. «Je ne démissionnerai pas de mon poste. Il faut qu’il vienne avec une motion à l’ARR s’il en a le courage. Je crois savoir que personne au sein de son parti ne souhaite présenter cette motion», rétorque Johnson Roussety.

«Aujourd’hui le MR a neuf membres au sein de notre Assemblée. Même s’il réussit à s’adjoindre le soutien d’un des deux dissidents de l’Organisation du Peuple Rodriguais (OPR) il se retrouvera à neuf contre neuf. Personne ne pourra réclamer une majorité. Je demande donc au Président de la République de dissoudre l’ARR», ajoute le Chef commissaire.
&nbsp
Johnson Roussety a lancé un appel aux Rodriguais en faveur de la revendication indépendantiste. «Nous ne devons pas avoir peur de réclamer l’indépendance de Rodrigues. Comme au sud du Soudan ou encore dans certain petits Etats du Pacifique. Nous avons les compétences nécessaire pour diriger notre pays», affirme-t-il.

D’autre part, le conseil exécutif de l’ARR n’a pu tenir sa réunion hebdomadaire prévue pour ce vendredi 7 janvier. Johnson Roussety s’est retrouvé sans quorum avec un seul commissaire présent à la réunion. Les autres commissaires ont, quant à eux, assisté à la conférence de presse du MR.

En attendant la prochaine session de l’ARR, qui verra sans doute la présentation d’une motion de blâme à l’encontre du Chef commissaire, une démonstration de force est prévue pour ce dimanche 9 janvier. En effet, le MR et Johnson Roussety réuniront, chacun de son côté, leurs partisans lors d’une fête de fin d’année.

Johnson Roussety, expulsé du MR hier, a déjà annoncé le lancement d’un nouveau parti politique pour le 1er février prochain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires