Rodrigues : Johnson Roussety soumet sa démission au président de la République

Avec le soutien de

Après avoir annoncé dans la matinée de ce vendredi 7 janvier qu’il ne démissionnerait pas de son poste, le Chef commissaire s’est finalement résolu à se retirer. Cela après le dépôt d’une motion de blâme à son encontre à l’Assemblée régionale de Rodrigues (ARR).

Lors d’une conférence de presse ce matin, Johnson Roussety affirmait qu’il ne démissionnerait pas de son poste de Chef commissaire de ARR. Deux heures plus tard, sa lettre de démission était sur la table du président de l’ARR avec copie au président de la République.

«Je ne démissionnerai pas de mon poste. Il faut qu’il vienne avec une motion à l’ARR s’il en a le courage. Je crois savoir que personne au sein de son parti ne souhaite présenter cette motion», rétorquait l’ancien Chef commissaire un peu plus tôt à la demande de Nicolas Von-Mally qui exigeait sa démission.

Le Mouvement Rodriguais (MR) a suivi le conseil de Johnson Roussety. Une heure plus tard, Marie Thérèse Clair-Rault, commissaire et membre du MR, déposait une motion de blâme contre le chef commissaire. Le président de l’ARR devait fixer les débats pour le lendemain, samedi 8 janvier à 15 heures.

Alors que Johnson Roussety avait donné l’impression dans la matinée qu’il allait affronter ses ex-camarades de parti lors de cette session spéciale de l’ARR, il devait s’empresser de soumettre sa démission.

C’est son adjoint, Joseph Allan Emilien, qui a été désigné pour prendre la direction du gouvernement régional. Le Mouvement rodriguais, qui dispose d’une mince majorité à l’ARR, compte bien faire élire ce dernier au poste suprême de l’exécutif rodriguais. Cela malgré les nombreux appels en faveur d’élections régionales anticipées.

Lors d’une réunion privé à Baie-aux-Huitres en fin d’après-midi, Johnson Roussety a admis devant ses partisans qu’il a démissionné parce qu’il ne pouvait plus compter sur une majorité au sein de l’exécutif régional.

«Je n’attendrai pas que la motion de blâme soit passé au vote pour partir. Je n’ai plus de majorité au sein de l’ARR. De l’autre côté, je ne peux pas compter sur l’opposition pour me soutenir. Techniquement, je dois démissionner», reconnaît le démissionnaire.

Il a réitéré ses accusations de complot politique vis-à-vis de ses anciens camarades de parti et de certains membres du gouvernement central. «Parce que Johnson Roussety travaille trop dans l’intérêt des Rodriguais», affirme-t-il.

A lire aussi : Rodrigues : Von-Mally et Roussety s’invitent mutuellement à démissionner

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires