Risque requin à La Réunion: le gouvernement lance un «plan renforcé»

Avec le soutien de

Le gouvernement a annoncé la création d’un «plan renforcé risque requin à la Réunion». Cette annonce survient quelques heures à peine après la décision du tribunal administratif, qui a donné au préfet quinze jours pour «prendre les mesures nécessaires». Et quelques jours après la mort tragique de la jeune Sarah, une adolescente de 15 ans qui se baignait dans la baie de Saint-Paul.

Dans un communiqué commun, quatre ministres, Philippe Martin (Ecologie), Victorin Lurel (Outre-mer), Valeyrie Fourneyron (Sports) et Frédéric Cuvillier (Mer),  expliquent qu’ils «ont donné mandat au préfet de La Réunion de mettre en oeuvre sans délai le plan renforcé et durable de prévention du risque requin à La Réunion signé par les quatre ministères et sur lequel le gouvernement travaille depuis le mois de mars en relation avec les services de la préfecture». Un plan étudié «depuis le mois de mars», rappelle le gouvernement.

Ce plan sera effectué «en complément des mesures déjà engagées depuis plusieurs mois (amélioration de la connaissance scientifique des requins côtiers de la Réunion, renforcement de l’information des populations, renforcement des méthodes de gestion opérationnelle de l’alerte, accompagnement des activités nautiques les plus exposées)» et «réaffirme la volonté du gouvernement de tout mettre en œuvre pour préserver les usages multiples de la mer sur le littoral de l’île», précise le communiqué.

Il repose sur cinq axes :

- la prévention opérationnelle par le recours à des technologies innovantes (capteur de turbidité, sonars embarqués….) et l’étude des évolutions à apporter à la réglementation relative à la baignade et aux activités nautiques ;

- l’évaluation du dispositif vigie-requin et la professionnalisation des agents assurant cette mission ;

- l’amélioration de la connaissance par la production d’études complémentaires sur la quantification des requins et sur l’évolution des pratiques des usagers de la mer ;

- la gestion raisonnée des stocks en lien avec la Réserve naturelle marine ;

-  la mise en place d’un observatoire du risque requins : collecte de données, tenue de statistiques, mise en œuvre de la charte de bonnes pratiques, appui des démarches de valorisation (éco-tourisme, projets innovants dans le domaine de la sécurité et la prévention), développement de l’information et de la communication autour de la gestion du risque requin…

«Il s’agit, pour les pouvoirs publics, d’accompagner la mise en place d’un dispositif durable de gestion du risque requin, s’inscrivant dans le nécessaire équilibre entre la sécurité des personnes et la préservation de l’environnement, en étroite concertation avec les collectivités locales», précisent les quatre ministres.

Ce plan sera présenté par le préfet Jean-Luc Marx «dans les jours qui viennent afin de détailler les mesures d’accompagnement qu’il souhaite prendre».

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x