Rezistans ek Alternativ : Possible plainte constitutionnelle à la rentrée parlementaire

Avec le soutien de

Si à la rentrée parlementaire un projet de réforme électorale n’est pas présenté au Parlement, Rezistans ek Alternativ ira de l’avant avec une contestation constitutionnelle par rapport au non-respect du droit du citoyen de se porter candidat sans décliner son appartenance ethnique.

Rezistans ek Alternativ s’appuie sur les commentaires des Law Lords du comité juridique du conseil privé de la Reine pour lancer un ultimatum aux partis politiques qui sont représentés à l’Assemblée nationale. Ashok Subron lance un appel aux parlementaires des quatre principaux politiques, le Parti Travailliste (PTr), le Mouvement militant mauricien (MMM), le Mouvement socialiste militant (MSM) et le Parti mauricien social démocrate (PMSD), pour qu’ils apportent une solution politique au problème de rejet des candidatures pour des raisons ethno-communautariste.

Si aucun projet de réforme électorale prenant compte de la demande de Rezistans ek Alternativ et du Blok 104 n’est présenté le 20 mars prochain, soit à la date de la reprise des travaux parlementaires, le combat juridique reprendra avec une plainte enregistrée auprès de la Cour suprême au début du mois d’avril. C’est ce qu’a annoncé Ashok Subron (photo), principal animateur de Rezistans ek Alternativ et porte-parole du Blok 104 lors d’une conférence de presse, ce mercredi 21 décembre.

Au début de son intervention, Ashok Subron&nbspa commenté le jugement rendu hier par le Judicial Committee du Privy Council. Il qualifie le jugement de très intéressant même si les Law Lords ont refusé de se prononcer sur l’appel de Rezistans ek Alternativ, du Blok 104 et des leurs alliés. Pour le porte-parole du mouvement contestataire, les commentaires contenus dans le jugement donnent raison à Rezistans ek Alternativ à l’effet qu’il y a effectivement matière à contester le rejet des candidatures des citoyens pour refus de déclaration ethnique.

Rezistans ek Alternativ suggère que la proposition du Pr Carcassonne sur la question du Best Loser System dans le projet de réforme et les autres propositions servent de base de réflexion pour une nouvelle loi électorale.

« Nous accordons un délai de trois mois aux quatre partis politiques qui constituent les deux principaux blocs parlementaires. Ce délai coïncide avec la rentrée parlementaire du 20 mars mais également avec le vingtième anniversaire de l’accession de Maurice au statut de République qui sera célébré le 12 mars 2012 », rappelle Ashok Subron.

Rezistans ek Alternativ demande donc aux parlementaires de « résoudre politiquement » ce problème comme le stipulent les Law Lords du Privy Council.

« Qu’ils décident une fois pour toutes de se débarrasser de cette aberration qu’est le Best Loser System et de ce pendant tout aussi aberrant qu’est la déclaration ethnique obligatoire », martèle Ashok Subron.

Rezistans ek Alternativ se propose également d’envoyer dans les jours à venir une communication à la Commission des droits humains des Nations unis (CDHNU) après de laquelle une plainte a également été déposée.

« Nous supposons que le CDHNU avait mis en attente son ruling en attendant le jugement du Privy Council. Maintenant que cette instance judiciaire s’est refusée de juger notre appel, nous demanderons à ce comité des Nations unies d’aller de l’avant avec notre demande et de se prononcer sur le viol de nos droits civiques et politiques sous la section 25 de la convention des droits humains », explique Ashok Subron.

Par ailleurs, Rezistans ek Alternativ lance un appel aux jeunes qui souhaitent « dire non au communalisme dans notre système électoral » en défiant le Best Loser System. Il espère réunir au moins 6 200 candidats pour les prochaines élections législatives qui refuseront de s’associer à un groupe ethnique quelconque.

C’est dans le cadre des élections générales de 2010 que ce parti politique de gauche avait invité les citoyens de tous bords à se porter candidat tout en refusant de décliner leur appartenance ethnique. Au total, 104 citoyens avaient répondu à cet appel. La Commission électorale avait alors rejeté leurs candidatures.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires