Rentrée parlementaire: la tension monte entre syndicalistes, patronat et ministre du Travail

Avec le soutien de

Les syndicalistes risquent de voler la vedette au nouveau leader de l’opposition pour cette première séance parlementaire de l’année. Le retard dans la publication des amendements est anti-démocratique clament les syndicats alors que le patronat parle de retour en arrière.

Ce n’est que tard mercredi soir, 26 mars, que les députés ont pris connaissance des changements que le ministre Shakeel Mohamed propose d’apporter aux deux projets de loi inscrits à l’agenda de l’Assemblée nationale de ce mardi 26 mars. Une raison suffisante, selon les syndicats, pour renvoyer les débats sur l’Employment Relations (Amendment) Bill et l’Employment Rights (Amendment) Bill.

«Ces amendements ne peuvent être votés aujourd’hui. Ce sera un crime grave contre la démocratie et le droit des travailleurs si Navin Ramgoolam va de l’avant avec ce projet que Shakeel Mohamed essaye de faire passer dans le dos de la population», fulmine le négociateur de la General Workers Federation, Ashok Subron.

Les syndicalistes déplorent que les changements proposés par Shakeel Mohamed aux deux projets d’amendements des lois du travail n’ont pas été communiqués suffisamment tôt. «Ceci, afin de permettre aux députés, aux syndicalistes et aux travailleurs en général de prendre connaissance de la teneur de la proposition».

Ainsi, pour Ashok Subron, il y a là une raison suffisante pour renvoyer les débats sur ces deux projets de loi. Il accuse Shakeel Mohamed de faire du chantage en offrant quelques miettes aux travailleurs «dans l’unique but de faire avancer l’agenda de la Mauritius Employers Federation (MEF) et la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) par rapport au droit de grève».

«Shakeel persiste à vouloir remettre en question l’accord qu’il a signé avec la Joint Negociating Panel et la MSPA en août 2012. Ces amendements livreront les laboureurs et les artisans, poings et pieds liés, à l’oligarchie de l’Industrie sucrière. Si ces amendements sont votés à l’Assemblée nationale ce sera un retournement de veste de Navin Ramgoolam et de tous les députés qui avaient soutenu les syndicats en août 2012», martèle Ashok Subron.

Le négociateur de la GWF affirme qu’en échange de la création d’une instance pour se pencher sur les licenciements, l’introduction de la Night Shift Allowance et l’augmentation de la Maternity Allowance, le ministre du Travail propose une révision des procédures pour la déclaration de litige et de celles menant à la grève.

«Si ces amendements sont votés ce sera un jour bien triste pour les travailleurs et un insulte au combat d’Emmanuel Anquétil et de Maurice Curé», s’insurge Ashok Subron.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires