Rencontre SAJ-Bérenger : Le cas d’Ashok Jugnauth toujours en suspens

Avec le soutien de

Ashok Jugnauth intégrera-t-il la nouvelle alliance entre le Mouvement militant mauricien (MMM) et le Mouvement socialiste militant (MSM) ? La question a été discutée lors de la rencontre entre Sir Anerood Jugnauth (SAJ) et Paul Bérenger. Toutefois, aucune décision n’a été arrêtée en attendant l’entrée en scène de Pravind Jugnauth.

La première rencontre entre le leader du MMM et SAJ depuis que ce dernier s’est retiré de la Présidence s’est tenue à sa résidence, à La Caverne, ce lundi 2 avril. Pendant environ une heure, les deux leaders ont discuté de la situation politique et établi un calendrier de travail pour poursuivre les discussions sur les modalités de leur future alliance.

Le premier sujet à l’agenda, selon Paul Bérenger, a été le rôle que jouera le frère de SAJ, en l’occurrence Ashok Jugnauth, ancien membre du MSM et actuel leader de l’Union nationale (UN). Aucun accord n’a été trouvé jusqu’ici, et le cas de celui que Paul Bérenger voulait voir à la tête du MSM en remplacement de Pravind Jugnauth, reste en suspens.

C’est lors de la prochaine réunion entre les deux hommes et à laquelle participeront également Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, et&nbsp Pravind Jugnauth, actuel leader&nbsp du MSM, que la question sera abordée en profondeur. C’est ce quatuor qui finalisera la liste des candidats pour les prochaines élections générales.

La présence de Pravind Jugnauth qui ne souhaite plus travailler avec celui qui l’a traité de « bambin politique », ne devrait pas faciliter le retour d’Ashok Jugnauth au sein du parti soleil. Si les tiraillements entre les Jugnauth sont d’ordre familial, c’est le calcul politique qui fera pencher la balance dans un sens ou l’autre.

Pravind Jugnauth oppose, en effet, une farouche résistance au retour de son oncle au sein du parti politique familial. Seul une raison politique convaincante, défendue par son père, pourrait le faire changer d’avis.

De son côté, le principal concerné a déjà exprimé son souhait d’intégrer cette alliance « dans l’intérêt supérieur du pays », formule incontournable pour justifier les cabrioles intempestives des danseurs politiques, trop souvent frappés d’amnésie sélective.

Pour revenir à la rencontre de ce matin, les deux leaders ont discuté de l’organisation du meeting du 1er mai ainsi que de la liste des orateurs. La première sortie publique conjointe des hommes était également à l’ordre du jour. Une sortie qui devrait se faire lors d’une conférence de presse commune qui n’est par prévue pour l’immédiat. Du moins « pas pour cette semaine », précise Paul Bérenger.

Selon certaines informations, cette première rencontre conjointe avec la presse sera organisée après la prochaine Assemblée des délégués mauves, le samedi 14 avril.

Autre sujet abordé au cours de cette séance de travail entre Sir Anerood et Paul Bérenger: l’accusation de Navin Ramgoolam à l’effet que l’opposition&nbsp fomenterait « un coup d’Etat » contre son gouvernement. Paul Bérenger déclare qu’il prend très au sérieux « les très graves allégations » du Premier ministre. Il promet d’y répliquer avec force.

Paul Bérenger affirme qu’il a déjà mis Sir Anerood Jugnauth au courrant de son intention de « fou enn bez lor sa sizé&nbsp la ». Le leader du MMM estime qu’il est extrêmement grave de parler de coup de d’Etat.

L’ancien Président de la République et Paul Bérenger ont aussi échangé les informations dont ils disposent sur la possibilité de faire tomber le gouvernement de Navin Ramgoolam par la voie d’une motion de censure au Parlement. Une possibilité qui, il faut le dire, semble de moins en moins envisageable vu les dernières déclarations des élus de la majorité.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires