Rencontre Ramgoolam-Cameron : une grande avancée pour Maurice, selon Assirvaden

Avec le soutien de

Le président du Parti travailliste (PTr) considère que Navin Ramgoolam est à l’origine d’une grande avancée pour le pays. Pour Patrick Assirvaden, la rencontre au 10, Downing Street, est la preuve de la « crédibilité internationale » de Navin Ramgoolam.

Patrick Assirvaden croit voir dans l’invitation du Premier ministre mauricien au 10, Downing Street « un retour des Anglais à de meilleurs sentiments ». Le président du PTr faisait référence à la réclamation de Maurice de sa souveraineté sur les Chagos. Toutefois, il semblerait que cette question n’ait pas été soulevée avec le Premier ministre Britannique. C’est du moins l’impression donnée par le communiqué des services de David Cameron dans un communiqué émis hier.

Le dirigeant rouge maintient que « cela veut dire beaucoup de choses ». « Entre autres que les efforts de Navin Ramgoolam sur le plan de la diplomatie sont payants », ajoute-t-il.

Patrick Assirvaden est d’avis que Navin Ramgoolam a fait la preuve que sa crédibilité est reconnue « par les grands de ce monde ». Il se félicite de la stratégie de diplomatie économique et politique « constante et cohérente » adoptée au cours des dernières années qui « portent ses fruits ». « Nous remarquons que Maurice bénéficie du soutien de la communauté internationale sur plusieurs dossiers dont les Chagos, la piraterie », ajoute-t-il.

Le président du PTr accuse le leader de l’opposition de vouloir dicter l’agenda de Navin Ramgoolam tant sur le plan local qu’international et récuse les accusations de fuites organisées dans la presse britannique lancées par Paul Bérenger. Il souhaite une meilleure cohésion entre le gouvernement et l’opposition sur le dossier des Chagos.

D’autre part, le président du PTr a commenté les questions parlementaires qui ont permis de dévoiler une série de réclamations additionnelles sur des chantiers publics et qui s’élèvent à plusieurs centaines de millions de roupies.
« Les variations, les changements et les retards font partie intégrante de tout projet de développement », soutient Patrick Assirvaden. Il a donné l’exemple des variations works de Rs 220 millions pour l’installation de nouvelles turbines à la centrale électrique de Saint-Louis, en 2003.

La directrice de communication de PTr, Nita Deerpalsing, a également commenté la visite du Premier ministre en Angleterre ainsi que les débats parlementaires sur les amendements visant à dépénaliser l’interruption de grossesse dans certains cas spécifiques.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires