Remake de 2000 : Un pas de deux à peaufiner

Avec le soutien de

De nombreux militants MMM et MSM trouvent que mauve et orange sont aujourd’hui deux couleurs mal assorties. Et c’est à contrecoeur qu’ils s’affichent ensemble.

MSM, histoire de convaincre les médias et la population de la popularité du parti. Une stratégie confirmée par les stratèges du MSM: « Ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de bien laisser prendre la mayonnaise avant de s’attaquer à des villes où le parti n’est pas très bien ancré. »

Pressé par son partenaire, le MMM tente depuis plusieurs mois déjà – bien avant que le « remake » n’ait été remisé au placard puis dépoussiéré – d’inciter l’escouade militante à faire preuve de plus d’entrain lorsqu’il s’agit de donner un coup de pouce aux Jugnauth. Peine perdue.

Résultat, l’une des premières sorties de l’ancien président de la République, notamment à La Louise, a été vécue par le MSM comme un échec. « Ceux qui étaient là étaient venus plus par curiosité que par réel intérêt. D’ailleurs, l’assistance avait commencé à se vider avant même que SAJ ait fini son discours. Ça veut tout dire », croit savoir Vivian, un militant mauve de longue date à Quatre-Bornes. Aux dires des cadres des deux partis, le débriefing de la réunion fut « plutôt viril ».


Estimant que leur meeting a été « saboté », certains agents MSM entretiennent depuis des relations tendues avec leurs homologues mauves. Il n’est ainsi pas rare de voir les deux camps se gazouiller des noms d’oiseaux en marge d’un congrès ou d’un rassemblement. Soucieux de calmer les esprits, les dirigeants de l’alliance préfèrent mettre ces tensions sur le compte de malentendus qui, assure-t-on, seront vite dissipés. « Les derniers mois n’ont pas été faciles, il nous faut du temps pour réapprendre à travailler ensemble et à se faire confiance », confie un cadre mauve.

Pas sûr qu’ils y parviennent. Certains militants ont d’ores et déjà affirmé qu’ils ne souhaitaient pas collaborer avec l’ennemi d’hier : « Même si nous ne sommes pas toujours d’accord, nous respectons les choix de Bérenger. Mais il n’est pas question que je lève le petit doigt pour le MSM. Qu’ils se débrouillent s’ils sont aussi forts qu’ils le disent », lâche Georgy, un indécrottable militant mauve. Il faudra attendre quelques semaines et des consignes répétées des dirigeants de l’alliance pour savoir de quel côté penchera finalement le coeur des militants.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires