Relations PTr-PMSD: tempête dans un verre d’eau

Avec le soutien de

Au Cabinet hier, c’était «business as usual» pour Navin Ramgoolam, Michael Sik Yuen et Xavier-Luc Duval.

Assis autour de la même table: Xavier-Luc Duval et Michael Sik Yuen. C’était hier, lors du conseil des ministres. Le PMSD aurait cependant fait comprendre à Ramgoolam que si leur alliance est reconduite pour les prochaines législatives, Sik Yuen devra sauter.

«Business as usual. Tout est bien qui finit bien», résument les plus proches collaborateurs de Xavier-Luc Duval. L’échiquier politique a assisté, en ce début d’année pré-électorale, à ses premières secousses, avec le départ avorté du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) du gouvernement.

La présence de Xavier-Luc Duval au premier conseil des ministres de l’année hier, vendredi 10 janvier, à la même table que Michael Sik Yuen, celui-là même qu’il a révoqué du PMSD le 30 décembre, est venue mettre fin au «malaise» entre les deux alliés du gouvernement.

L’apaisement de la situation a été réitéré par les ministres Abu Kasenally et Lormus Bundhoo. Interrogés par les journalistes à la sortie du bâtiment du Trésor hier, ils ont décrit l’ambiance au conseil des ministres comme «sereine, cordiale… tou korek». Quant au ministre du Tourisme, Michael Sik Yuen, il a affirmé une nouvelle fois qu’il reste à son poste.

Mais qu’est-ce qui a bien pu pousser Xavier-Luc Duval à repousser les avances de l’alliance MMM-MSM et à faire marche arrière sur la décision «prise depuis mardi» de plier bagage ? Selon la garde rapprochée du leader du PMSD, le tête-à-tête de plus de deux heures entre Xavier-Luc Duval et Navin Ramgoolam, mercredi, a permis aux deux hommes de clarifier certains points.

Xavier-Luc Duval aurait également mis «le point sur un autre i». «Il n’a pas été question de revendication de fauteuil ministériel. Mais une chose est acquise. Si le PTr souhaite une nouvelle alliance avec le PMSD aux prochaines législatives, Michael Sik Yuen devra être rayé définitivement de la liste des candidats», indique-t-on chez les Bleus. Les proches collaborateurs de Xavier-Luc Duval ajoutent qu’en politique, Michael Sik Yuen «inn fini mor».

La partie est toutefois loin d’être jouée. Le Premier ministre qui, jusque-là, a accordé tout son soutien à son ministre du Tourisme, ne s’est toujours pas prononcé sur le cas Sik Yuen sur la place publique.

Ce qui a également pesé dans la balance est qu’au sein même du PMSD, l’idée d’abandonner le navire gouvernemental ne fait pas l’unanimité. On indique que si le leader avait opté pour cette décision, le PMSD aurait assisté à une nouvelle scission au sein du parti, après l’épisode sir Gaëtan Duval.

Sur le cas Aurore Perraud, convoitée jusqu’à la dernière minute par les Rouges, les Bleus maintiennent que la Private Parliamentary Secretary (PPS) continue à faire montre de sa fidélité et de sa loyauté au PMSD. Celle-ci reste murée dans le silence, tout comme le PPS Thierry Henry.

Par contre, Xavier-Luc Duval est enfin sorti de son mutisme hier… sur sa page Facebook. Non pour parler politique, mais pour souhaiter bon anniversaire à sa mère, qui a célébré ses 80 ans.

Quoi qu’il en soit, si Navin Ramgoolam et Xavier-Luc Duval renouvellent leur alliance pour les prochaines législatives, les deux alliés établiront un record dans le nombre d’années consécutives qu’a duré leur coalition. Coalition qui a démarré en 1999. Ce sera la toute première fois qu’une alliance se présentera devant l’électorat trois fois de suite.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires