Rehana Ameer compte confirmer, au Bureau du Premier ministre, sa réintégration à la MBC

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam ayant estimé qu’il doit intervenir personnellement auprès de la station de télévision nationale pour la réintégration de la syndicaliste licenciée, celle-ci prend les devants. Elle rencontre le Secrétaire au Cabinet ce lundi 14 novembre pour discuter de son retour à la Mauritius Broadcasting Corporation.

Remerciée de façon cavalière le 3 décembre 2010 par la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), la syndicaliste Rehana Ameer prend au mot les propos du Premier ministre à l’Assemblée nationale ce samedi 12 novembre à l’effet qu’il allait intervenir auprès de la direction afin qu’elle soit réintégrée.

En effet, intervenant à l’issue des questions supplémentaires à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition, Navin Ramgoolam a répondu positivement à la proposition de Paul Bérenger à l’effet qu’il doit jeter son poids dans la balance afin que justice soit faite à cette mère de famille. D’autant que le rapport du Fact Finding Committee (FFC) qu’il avait institué a établi que la station de télévision nationale s’est fourvoyée dans ce cas précis.

Prenant connaissance de la déclaration du Premier ministre, Rehana Ameer estime qu’elles ne peuvent être des mots en l’air. « Sa parole vaut son pesant d’or », confie-t-elle à lexpress.mu, annonçant par là même sa rencontre, ce lundi 14 novembre, avec le Secrétaire au Cabinet, Suresh Seeballuck, pour des éclaircissements.

« Je ne peux que remercier le Premier ministre pour sa bonne action. Sans oublier le leader de l’opposition, mon avocat, Dev Ramano, et tous mes amis syndicalistes qui m’ont apporté leur soutien durant tout ce temps », déclare-t-elle. « Mes prières ont été entendues », conclut-elle, croisant les doigts quant à son retour à la MBC.

« Je ne vais pas revenir sur le passé, je prends les choses positivement », répond Rehana Ameer quand elle est invitée à dire si elle n’a pas l’impression que le chef du gouvernement aurait dû intervenir plus tôt.

A la PNQ de Paul Bérenger samedi dernier, le chef du gouvernement a tenu à faire ressortir que sa réintégration ne devrait être qu’une question de jours.

Le leader de l’opposition venait alors de demander au chef du gouvernement s’il ne pensait pas qu’une intervention de sa part éviterait d’autres « humiliations » à la principale concernée. « Je pense que c’est ce que je devrais faire », lui a-t-il alors répondu

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires