Reforme électorale : il n’y a manifestement aucune urgence pour Navin Ramgoolam

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam n’est pas un homme pressé. C’est le message transmis par le Premier ministre à Saint-Aubin hier, mardi 2 octobre. Voici ce qu’il a dit sur les préoccupations de l’heure.

Sur la proposition du MMM de 62+20+8 députés
« Nous ne pouvons avoir 62+20+8 députés. C’est trop. Les Mauriciens disent sur les radios que c’est quelque peu beaucoup. Il faut être sûr de ce qu’on veut faire. Il nous fait analyser cette proposition. Ena deux trois zaffaires ki pas clair dans mo la tete. Je veux un système qui soit transparent. Et puis, je ne crois que ce soit une bonne chose de choisir des candidats après les élections. Je vais voir quelle est la solution c’est la raison pour laquelle nous sommes en train d’en discuter. Après cela, j’aurai une réunion avec mon bureau politique et le PMSD. Ensuite nous viendrons de l’avant (avec une proposition). »

Sur la proposition de réforme électorale du Parti Travailliste
« Il ne faut pas oublier quel est le but de la réforme électorale. Le but, c’est la modernité, c’est plus de démocratie, plus de représentation féminine. Il faut aussi de la stabilité, parce que la réforme n’est pas tout. Il faut être capable de gouverner après une élection.

Il nous faut un système qui tiendra pendant des décennies. C’est la raison pour laquelle, il faut prendre le temps qu’il faudra. Il faudra que toutes les composantes de la société mauricienne soient représentées. Nous voulons combattre le communalisme. Je veux que les gens se disent Mauriciens après 45 ans d’indépendance. C’est ce que je suis en train de dire depuis cinq ans. »

Sur les élections municipales avant la fin cette année
« Tant ki mo kone l’année prend fin le 31 desam. »

Quid du projet de loi sur la réforme électorale cette année ?
« Pas nécessairement. Nou pe guetter qui bizin faire. »

Sur son état de santé
« Si mo la, mo bien correct. »

Sur le rapport du PRB
« J’ai rencontré le ministre des finances. Nous avons eu une discussion. J’ai rencontré le directeur du PRB en même temps que le chef de la fonction publique pour voir quelles sont les mesures qui peuvent être mises à exécution. Il faut qu’on se dise que nous ne sommes pas le nombril du monde. J’espère que les Mauriciens suivent ce qui se passe dans le monde. »

Sur la double noyade de Sept Cascades
« J’ai parlé au Commissaire de Police, parce qu’il y a toutes sortes de rumeurs. Il faut connaitre la vérité. Il faut une enquête dans la transparence. Une enquête serrée, transparente et bien indépendante. »

&nbsp

(Voir vidéo)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires