Redécoupage des arrondissements : Pravind Jugnauth tire de nouveau sur Hervé Aimée

Avec le soutien de

Pravind Jugnauth est très remonté contre le ministre Hervé Aimée. Il accuse ce dernier de n’avoir pas fait de consultations élargies pour la préparation du New Local Government Act.&nbsp Selon le leader du parti soleil, qui animait une conférence de presse ce samedi 3 mars, le redécoupage des arrondissements a été fait pour favoriser le PTr.

Hervé Aimée est une fois de plus la cible de Pravind Jugnauth. Ce dernier l’accuse d’avoir effectué le redécoupage des arrondissements des villes « dans le dos du peuple ». Le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM) avance que l’Electoral Boundaries Commission (EBC) n’a été consulté qu’une fois le projet de loi finalisé. Et selon lui, que cette délimitation semble favoriser le Parti travailliste (PTr) Ce qui constitue un viol de la démocratie, s’insurge l’ex-ministre des finances.&nbsp Le leader du MSM animait une conférence de presse ce samedi 3 mars 2012 au Sun Trust Building, à Port-Louis.

Il avance que Hervé Aimée s’y est mal pris dans ses consultations en marge des délimitations des arrondissements des villes. «&nbsp Hervé Aimée a commis une faute grave, il a violé les lois. Le ministre avait consulté la Commission électorale avant même de faire le redécoupage des arrondissements », précise&nbsp Pravind Jugnauth.

Le ministre des Administration Régionale, affirme le leader du MSM, a outrepassé ses prérogatives. «C’est honteux d’avoir impliqué le Président de la République et l’Electoral Boundaries Commission sans même les avoir consultés », souligne celui-ci.

L’ex vice-Premier ministre crie au « viol&nbsp de la démocratie». « Le ministre Hervé Aimée aurait entamé des consultations très larges. La société civile, les partis politiques ainsi que la population ont leur mot à dire », dit-il.

Pravind Jugnauth s’est défendu d’avoir pris connaissance du recoupage lorsqu’il se trouvait au gouvernement. Le leader du Parti soleil a aussi commenté la situation financière catastrophe chez Air Mauritius. Il accuse le Premier ministre, Navin Ramgoolam, d’être le seul responsable de la chute de la compagnie d’aviation, qui a enregistré des pertes de Rs 1 milliard.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires