Real Estate Schemes, nouveau favori de l’investissement étranger

Avec le soutien de

Les Integrated Resort Schemes (IRS) semblent avoir laissé la place aux Real Estate Schemes (RES). Ce dernier a le vent en poupe alors que des projets IRS tombent à l’eau.

La conception de deux importants projets RES a été annoncée durant le deux dernières semaines. L’ouverture du pays à l’investissement étranger ne risque-t-elle pas de réduire la marge de manœuvre des citoyens mauriciens ?

«C’est une stratégie économique et politique du gouvernement. La culture de la canne à sucre n’est plus profitable. Nous nous retrouvons avec de nombreuses terres et il nous faut les utiliser.
Les RES représentent une source majeure pour attirer le l’investissement direct étranger (IDE)», répond le ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval.

Et d’ajouter, «En cette conjoncture difficile, cela nous apporte du capital et du développement. Il ne faut pas voir en ce genre de projets, une perte pour les Mauriciens. Bien sûr, il nous faudra encourager les étrangers qui achètent des propriétés RES à adopter la culture mauricienne, ses valeurs et ses traditions…».

Le 16 juin, un groupe britannique, Mordaunt Estates, a annoncé officiellement que la construction d’un RES, nommé «Emerald Heights», a déjà commencé. Ce projet concerne la mise en chantier de 300 appartements de luxe sur 500 hectares de la vallée du Mont Blanc, pour des clients majoritairement étrangers. L’investissement dans Emerald Heights s’élève à Rs 1 milliard.

Hier, 26 juin, à l’hôtel Hilton à Flic-en-Flac, c’est au tour du promoteur Royal Crown Limited, en collaboration avec la compagnie immobilière Danyland Properties Ltd et le groupe sud-africain Chas Everitt International Property Group, de présenter leur RES, baptisé «1st Avenue». C’est un projet couvrant six arpents à Rivière Noire. La construction de 49 résidences commencera à partir d’octobre 2009. Le montant de l’investissement est ici de Rs 700 millions.

Du côté des promoteurs, le concept RES est évidemment formidable sous tous les angles. Le promoteur de «1st Avenue», Rudi Goorwappa, parle même de «win-win situation».

«Les RES sont plus abordables que les IRS pour les investisseurs étrangers. Ils peuvent acquérir une résidence permanente à Maurice pour plus ou moins 500 ,000 $US. Les Mauriciens pourront également acheter des résidences de «1st Avenue», il y’en aura pour toutes les bourses», déclare-t-il.

Rudi Goorwappa apprécie l’initiative du gouvernement d’accueillir toutes les options pour encourager les IDE à Maurice. Néanmoins, le promoteur n’a pas voulu divulguer les prix des résidences de «1st Avenue», qui seraient «pour toutes les bourses», même mauriciennes.

&nbsp

&nbsp


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires