Réactions sur la réforme électorale: «Un grand pas en avant»

Avec le soutien de

Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a présenté pendant plus d’une heure hier soir, lundi 24 mars, le Livre blanc sur la réforme électorale.

Comment cette présentation de la réforme électorale hier, lundi 24 mars, par le Premier ministre est-elle accueillie ? Si Ashok Subron, de Rezistans ek Alternativ, crie déjà victoire, d’autres, commentant à chaud, estiment que plusieurs aspects, dont celui du devenir du Best Loser System, restent flous.

Tandis que du côté de l’opposition, c’est motus et bouche cousue. Sollicité par l’express, le leader du MMM, Paul Bérenger, a expliqué «qu’il ne voulait pas faire de commentaires». Même son de cloche du côté de Pravind Jugnauth, qui a fait comprendre, à l’issue du congrès régional du MSM organisé à Vacoas, qu’il allait étudier le document «avant d’émettre une opinion».

Ashok Subron souligne, lui, qu’«avec le discours de Ramgoolam, avec la prise de position de Bérenger et du Remake, il y a un consensus sur le fait qu’il n’est pas question de retourner vers le recensement communal de la population pour les besoins politiques». Ce qui fait dire à Me Yousouf Mohamed, avec une pointe d’amertume, que «d’après ce que le Premier ministre a dit, sa décision est prise. Le Best Loser System sera aboli. Il dit qu’il va l’intégrer au système, mais en même temps il dit qu’il ne veut plus de ce système. C’est clair, si on ne fait pas de recensement de la population, le Best Loser System disparaît. Pour moi, cette formule est un adieu à la promesse faite au Comité d’action musulman au moment de l’indépendance. De plus, on a toutes les raisons de croire que le MMM va se débarrasser du MSM».

Rashid Imrith, syndicaliste, relève pour sa part que le grand débat reste encore le Best Loser System. Ce qui est crucial, désormais, indique également Me Ivan Collendavelloo, c’est de voir quelle la méthode sera adoptée pour compter les votes de chaque parti. «Le Premier ministre n’a été très clair là-dessus», explique-t-il.

Jack Bizlall pense également que des zones d’ombre perdurent. «L’intervention de Ramgoolam est confuse. Il y a beaucoup d’extrapolations. Sans lire le document, on ne saisit pas la composition dans le détail», affirme-t-il. Le syndicaliste reconnaît cependant qu’avec le Best Loser System intégré, l’élément de déclaration ethnique disparaît. Et que cela est «un pas en avant».

Pierre Dinan, économiste, réagit, lui, sur le fait que la réforme propose qu’un parti ne puisse pas être éligible à la liste de sièges PR sans au moins 10 % des voix: «Cela va condamner les petits partis comme le MSM et le PMSD à faire des alliances. J’aurai préféré 5 %. Le système vient figer le système bipolaire déjà en place. Le PM a aussi dit que les citoyens seraient impliqués dans la réflexion, mais il ne propose pas de référendum. Quand par la suite le projet sera présenté au Parlement, il y a un risque que le gouvernement et l’opposition soient juges et parties.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires