Rashid Imrith réclame une enquête après la mort d’un fonctionnaire

Avec le soutien de

La mort de Pravindsahadeo Sahadew, un Registrar du ministère des Coopératives, suscite de vives réactions chez les syndicalistes du secteur public. Rashid Imrith a adressé une lettre au Premier ministre pour qu’une enquête soit initiée sur les conditions de travail des fonctionnaires.

Rashid Imrith réclame un « high-level enquiry » auprès du ministère des Coopératives suite au décès de Pravindsahadeo Sahadew. Ce Registrar des Coopératives, d’une cinquantaine d’années, a succombé à une crise cardiaque aux petites heures du vendredi 13 mai. Le syndicaliste veut savoir si cet employé était victime de pression sur son lieu de travail.

Selon les proches du défunt, ce dernier avait l’habitude de travailler jusqu’aux petites heures du matin et avait droit à seulement trois à quatre heures de sommeil par jour avant de retourner au travail. Jeudi après-midi, comme à l’accoutumée, cet habitant de Quatre-Cocos a dû compléter des dossiers qu’il devait soumettre le lendemain matin. Vers une heure le vendredi 13 mai, tandis qu’il allait se coucher, Pravindsahadeo Sahadew a rendu l’âme. L’autopsie révélera qu’il est mort d’une crise cardiaque.

Dans une déclaration à lexpress.mu, le président de la FSSC dit s’attendre que « le gouvernement agisse vite dans l’intérêt de la paix sociale ». Pancartes en main, des membres de la FSSC ont manifesté devant les locaux du ministère des Coopératives, à Port-Louis à la mi-journée du lundi 16 mai. « Nous voulions rendre hommage à ce fonctionnaire et montrer nos sympathies à la famille endeuillée. Mais l’intérêt principal de cet action est de conscientiser les autorités quant aux conditions de travail des employés du secteur public », affirme Rashid Imrith.

Le syndicaliste soutient que son action ne s’arrêtera pas là. En effet, Rashid Imrith dit vouloir aller de l’avant sur le fait que des fonctionnaires sont victimes de pression au travail. Pour y remédier, Rashid Imrith propose la mise sur pied d’un Ombudsperson for the Civil Service. « C’est une façon pour les fonctionnaires de clamer leurs droits et leur liberté », souligne-t-il.

« Dans cette même optique, nous avons adressé une lettre au Premier ministre pour réclamer l’ouverture d’une enquête sur les conditions de travail des employés du secteur publique », indique Rashid Imrith.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires