Rapprochement MMM/MSM : les ministres Bachoo et Bundhoo réclament le départ de SAJ

Avec le soutien de

Au lendemain de la sortie du Premier ministre contre le président de la République, les ministres Bachoo et Bundhoo réclament des précisions de sir Anerood Jugnauth (SAJ) sur son engagement dans une éventuelle alliance politique.

La majorité durcit le ton contre sir Anerood Jugnauth. Le vice-Premier ministre Anil Bachoo, également ministre des Infrastructures publiques, demande au président de la République de faire connaître sa position sur son implication dans une éventuelle alliance entre le Mouvement militant mauricien (MMM) et son ancien parti le Mouvement socialiste militant (MSM).

Anil Bachoo, également ex-membre du MSM, est d’avis que si le président de la République était au courant du vote pour le principe d’une alliance qu’il dirigerait, il aurait dû démissionner. « Si tel était le cas, il serait immoral et pas éthique que SAJ reste à la présidence. Il doit alors démissionner », fait ressortir Anil Bachoo.

Le ministre Bachoo et son collègue de la Santé, Lormesh Bundhoo, ont effectué ce mardi 6 mars, une visite de l’hôpital Victoria à Candos, pour constater l’avancement des travaux. Ce qui a permis aux deux ministres de faire une sortie publique pour dénoncer aussi l’éventuelle concrétisation d’une alliance MMM/MSM.

Le ministre des Infrastructures publiques demande à sir Anerood Jugnauth de prendre une position ferme. « J’appelle au bon sens du président de la République. Il doit réagir comme à l’époque lors des tensions avec son frère Ashock Jugnauth, où la présidence avait émis un communiqué. Au cas contraire, ce sera une situation délicate avec un président de la République en fonction au centre d’un accord électoral de l’opposition », précise-t-il.

Pour le ministre de la Santé, il faut respecter les institutions. « Le président de la République est le garant des institutions. Il doit être au-dessus de la chose politique. SAJ doit choisir s’il veut rester Président ou être partie prenante dans l’alliance des deux partis de l’opposition », souligne-t-il.

Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, avait mis le Président de la République au pied du mur lors de sa conférence de presse du lundi 5 mars, demandant à sir Anerood Jugnauth de se dissocier publiquement de la décision de l’instance dirigeante du MMM, s’il n’a pas été partie prenante des tractations menant à la décision d’alliance entre le MSM et le MMM.

« S’il a été mêlé aux discussions qui ont abouti à la décision du comité central du MMM, le président de la République devrait démissionner de ses fonctions », avait déclaré le Premier ministre.

A ce stade la Présidence n’a émis aucun communiqué sur toute cette affaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires