Ramgoolam va plaider la cause palestinienne à la tribune des Nations-Unies

Avec le soutien de

Le chef du gouvernement mauricien va prendre fait et cause en faveur du peuple palestinien. L’Autorité palestinienne va soumettre la demande d’adhésion de la Palestine aux Nations Unies ce mardi 20 septembre.

La Palestine mérite d’être reconnue comme un état indépendant. Comme l’a fait son père avant lui, dès 1968, le Premier ministre, Navin Ramgoolam compte soutenir la demande de la Palestine d’être enfin reconnue comme un état à part entière lors de l’Assemblée générale des Nations Unies.&nbsp&nbsp

Événement mondial ce mardi 20 septembre, l’Autorité palestinienne va présenter sa demande d’adhésion aux Nations Unies. Et c’est le samedi 24 septembre que le chef du gouvernement mauricien prendra la parole à la tribune newyorkaise où il plaidera la cause palestinienne au vu des positions prises de part et d’autres.

C’est donc dans l’après-midi de ce dimanche 18 septembre que Navin Ramgoolam quitte Maurice pour les Etats-Unies. Il sera accompagné, entre autres, de ses plus proches collaborateurs, à savoir le Chief of Staff, Kailash Ruhee, et le Secrétaire au Cabinet, Suresh Seeballuck.

« J’ai déjà donné des instructions au ministre des Affaires Etrangères pour que Maurice vote pour l’adhésion de la Palestine aux Nations Unies », avait révélé le chef du gouvernement à la Sunni Razvi Society International, à Port-Louis, à l’occasion de l’Eid-Ul-Fitr, le mois dernier. Il réagissait alors aux propos tenus dans le même sens tenus quelques minutes plus tôt par le chef de l’opposition, Paul Bérenger.

Il va sans dire que cette demande d''''adhésion a soulevé l’hostilité des Israéliens tout comme les Américains. Ces derniers veulent user de leur droit de veto pour bloquer cette initiative saluée par les pays de la Ligue Arabe, entre autres.

Ce qui avait poussé Navin Ramgoolam à espérer que le président des Etats-Unis, Barack Obama, n’usera pas de ce droit pour contrecarrer les plans de la Palestine. Celle-ci est mise au pas dans la bande de Gazza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est alors que ses terres ne cessent d’être accaparées par les colons israéliens depuis 1967.

La démarche de l’Autorité palestinienne n’est que symbolique car c’est sur le terrain que tout va se jouer. Les Etats-Unis ont menacé de suspendre ses aides et Israël a usé de tous les moyens diplomatiques pour faire échouer la demande, soutenant que cela va entraver le règlement du conflit israélo-palestinien par des négociations bilatérales directes.

Dans le concret, rien n’est plus faux : Israël ne cesse d’encercler les Palestiniens. Que ce soit financièrement ou militairement. Ce malgré la conférence de Madrid de 1991 ainsi que les accords d’Oslo de 2003. Les efforts de médiation des Etats-Unis n’ont servi à rien, non plus.

Si Maurice prend position en faveur de la Palestine, c’est parce qu’une large frange de la population musulmane font bloc derrière leurs frères arabes. Les Etats-Unis l’a bien compris et a tenté de dissuader Port-Louis à souscrire à la demande du mardi 20 septembre.

Comme font état plusieurs câbles diplomatiques de l’ambassade américaine à Port-Louis et révélé par WikiLeaks en août dernier, Washington a tenté de faire fléchir Port-Louis sur la question palestinienne. Outre sa prise de position à la tribune des Nations Unies, Navin Ramgoolam sera également présent à la réunion organisée par l’Internationale Socialiste le vendredi 23 septembre pour ses membres chefs d’Etat et de gouvernement qui seront présents à New York.

A l’invitation de l’ancien président américain Bill Clinton, le chef du gouvernement mauricien sera aussi présent à la réunion annuelle du Clinton Global Initiative qui sera tenue à New York du 20 au 22 septembre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires