Ramgoolam fait retirer la lettre d’Ali Mansoor gelant les promotions dans la fonction publique

Avec le soutien de

Le Premier ministre met fin à la polémique autour d’une lettre circulaire signée par le Secrétaire financier, Ali Mansoor. Navin Ramgoolam&nbsp a ordonné que la lettre qui gelait les promotions et recrutements dans la fonction publique, soit retirée.

C’est le Premier ministre en personne qui est venu mettre fin au conflit qui a opposé le ministère des Finances et les syndicats de la fonction publique.

A l’origine du bras de fer, une circulaire portant le titre de « Human Resources Guidelines» émise par le ministère des Finances, sous la signature d’Ali Mansoor. Dans un communiqué émis ce mercredi 10 février, le bureau du Premier ministre annonce que le Navin Ramgoolam a donné des instructions formelles pour que la dite circulaire en date du 21 janvier 2010, soit retirée.

Le Prime Minister’s Office (PMO) explique que cette démarche vise «à éviter toute confusion et climat d’insécurité parmi les fonctionnaires et au sein des syndicats de la fonction publique». Le Premier ministre a, aussi, toujours selon le même communiqué, pris les mesures nécessaire pour le problème concernant les supply teachers soit réglé «dans les plus bref délais».

Les supply teachers, qui sont en fait des enseignant de remplacement dans le primaire ont soulevé récemment un problème relatif à leur confirmation alors qu’ils ont, pour certains, plusieurs années de service dans la fonction publique.

La position du PMO vient prendre à contre-pied le ministre des Finances qui, lui, estime que les syndicalistes ont eu une attitude inacceptable dans cette affaire. Alors que le service de presse de Navin Ramgoolam faisait parvenir ce communiqué aux différentes rédactions, Rama Sithanen, lui, avait convoqué la presse à son bureau pour répondre aux attaques syndicales visant son secrétaire financier.

Selon le Grand Argentier, Rashid Imrith, président de la Government General Services Union, aurait insulté, à travers ses propos dans la presse, le Premier ministre et le secrétaire du conseil des ministres. Rama Sithanen s’est aussi insurgé contre les propos rapportés dans un quotidien à l’effet que des jeunes diplômés avaient été recrutés avec des salaires de Rs 300 000 mensuellement au sein de son ministère.

Le ministre des Finances a démenti les informations parues dans cet article de presse et a donné les chiffres officiels de son ministère sur les revenus de ces jeunes employés temporaires. «Rashid Imrith devra prendre ses responsabilités après avoir tenu des propos inacceptables. J’espère qu’il va présenter ses excuses à ces jeunes», déclare un Rama Sithanen visiblement énervé.

Quoi qu’il en soit, le communiqué du PMO fait passer les explications de Sithanen au second plan. Les syndicalistes, eux, crient victoire et remercient le Premier ministre d’avoir pris fait et cause en leur faveur.&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires