Ramgoolam : « Nous serons intraitables envers ces maisons de jeux opérant dans l’illégalité »

Avec le soutien de

Le gouvernement n’hésitera pas à annuler les permis des maisons de jeux qui opèrent à l’encontre de la loi. C’est un Navin Ramgoolam ferme dans ses propos qui l’a déclaré au Parlement ce mardi 5 juillet.

Navin Ramgoolam a une fois de plus signifié son intention de délocaliser les maisons de jeux et toute autre activité de ce genre dans un site particulier. C’était en réponse à une interpellation supplémentaire du leader de l’opposition à l’heure des questions réservées au Premier ministre. Paul Bérenger voulait savoir où en est ce projet de délocalisation loin des zones résidentielles.

Le chef du gouvernement a seulement répliqué qu’il suit cette situation de très près, sans donner plus de précision. Toutefois, il dit reconnaître que ces maisons de jeux sont de véritables nuisances.

Sans compter, a-t-il ajouté, que le gouvernement n’hésitera aucunement devant l’annulation du permis des maisons de jeux qui ne sont pas en règle.&nbsp «Nous n’hésiterons pas à prendre des décisions et positions fermes qui s’imposent à cet effet», a-t-il dit.

Navin Ramgoolam a, en outre, avancé que ce problème&nbsp prendra une autre tournure une fois que ces activités seront centralisées, et ce, accompagnées des règlements et contrôles appropriés.

Auparavant, le Premier ministre a donné des chiffres à la question de la backbencher rouge, Nita Deerpalsingh, concernant le nombre de hold-up, de vols et d’agressions rapportés dans les maisons de jeux. Ainsi, de 2006 au 30 juin dernier, quatre hold-up, 50 cas de vols et 165 cas d’agressions ont été recensés. Parmi, deux assassinats sont à déplorer. Durant ces cinq dernières années, un seul permis a été annulé, notamment celui de Ti Vegas, à Quatre-Bornes.

Au moment des questions supplémentaires, Kee Chong Li Kwong Wing, député du Mouvement Militant Mauricien (MMM) a suggéré au Premier ministre d’instituer un comité qui aura pour tâche de déterminer les causes derrière la propagation de ce qu’il qualifie de «fléau national». Proposition que Navin Ramgoolam compte prendre en considération.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires