Ramgoolam: « Aussi longtemps que je serai là, Paul Bérenger n’accédera pas au pouvoir»

Avec le soutien de

Attaques en règle contre l’opposition, lors du meeting de remerciement de l’Alliance de l’Avenir,&nbsple dimanche 23 mai, à Vacoas. Le Premier ministre a commenté sa victoire aux législatives et s’en est pris à Paul Bérenger et à Rama Sithanen.

Le meeting de remerciement de l’équipe gagnante aux dernières législatives s’est tenu dans une bonne atmosphère, ce dimanche 23 mai. Toutefois, rien de comparable à l’ambiance survoltée qui avait régné le 1e mai dernier à Quatre Bornes. Les partisans de l’alliance Bleu-Blanc-Rouge n’ont pas fait l’effort de se déplacer en aussi grand nombre que pour le rassemblement précédant les élections générales du 5 mai dernier.

Seuls les leaders des différents partis composant l’Alliance de l’Avenir et le Deputy Leader du Parti Travailliste (PTr) ont pris la parole. Le meeting était présidé par la ministre de l’Egalité des genres et du Bien-être de la famille, Sheila Bappoo.

La tonalité des différentes interventions laisse le sentiment que pour les orateurs, la campagne électorale n’est pas tout à fait terminée. L’assistance a eu droit à des discours ressemblant davantage à un règlement de compte, plutôt qu’à des propositions qui rasssemblent.

Celui qui a le plus retenu l’attention et qui a reçu la plus grande ovation est, sans aucun doute, Navin Ramgoolam, le leader de l’alliance de l’Avenir. Après avoir remercié la population de l’avoir encore une fois porté au pouvoir, le Premier ministre a fustigé le leader de l’opposition, Paul Bérenger. Il a promis de toujours faire barrage à Paul Bérenger. «Aussi longtemps que je serai là, jamais Bérenger n’accèdera au pouvoir», a-t-il lancé sous les applaudissements de ses partisans.

Le Premier ministre a, ensuite, promis de respecter et de réaliser tout ce qui a été écrit dans le programme électoral de l’Alliance de l’Avenir. «Nous avons dit ce que nous ferons et nous ferons ce que nous avons dit. Vous verrez ce que nous ferons pendant ces cinq ans. Nous reviendrons devant vous dans cinq ans avec cette même alliance Bleu-Blanc-Rouge», a assuré Navin Ramgoolam.

Il a, également annoncé la création la création des bureaux dans chaque circonscription. Cela lui permettra, dit-il, d’aller personnellement à la rencontre de la population.

Le chef du gouvernement a, également, commenté la situation économique en Europe avec la crise de l’euro. Il a donné la garantie « qu’il n’y aura pas de dévaluation de la roupie comme le demande le secteur privé ». La petite pique lancée au passage à son ancien ministre des Finances n’est pas, non plus, passée inaperçue. Navin Ramgoolam a laissé entendre que Rama Sithanen ne roulait que pour «une petite clique».

«Nous avons un nouveau ministre de Finances. Il tient à cœur l’intérêt de la population. Ce n’est pas l’ancien ministre des Finances. Il ne défendra pas les intérêts d’une petite clique. Nous avons été élus pour défendre vos intérêts, pas ceux d’une petite clique», a affirmé le chef du gouvernement.

Le leader de l’Alliance de l’Avenir a, brièvement, fait allusion aux municipales qui seront bientôt d’actualité. «Je suis satisfait d’avoir remporté les élections dans les villes comme à la campagne. Partout nous avons remporté des sièges. Pour les élections municipales, je demande aux personnes qui n’ont pas eu l’occasion de voter pour l’Allaince de l’Avenir aux législatives, de donner une correction à l’opposition», a-t-il fait ressortir.

En conclusion de son intervention, il a démenti les rumeurs qui veulent faire accroire, selon lui, qu’il existerait des tiraillements entre le PTr et le MSM. Le Premier ministre soutient qu’il règne une ambiance extraordinaire au sein de l’alliance gouvernementale. Cette entente durera pendant les cinq prochaines années, a-t-il assuré.

Pravind Jugnauth, leader du Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) qui a pris la parole en premier a, d’abord, remercié le Premier ministre pour sa nomination au poste de ministre des Finances. «Il sait que je serai à la hauteur», a fait valoir Pravind Jugnauth. Il a, lui aussi, profité de son passage au micro pour s’attaquer à Paul Bérenger et à Ashock Jugnauth.

«La majorité de la population a rejeté Paul Bérenger comme un éventuel Premier ministre. De l’autre côté, au No. 8 (Moka-Quartier-Militaire), nou finn fer gros fey sek», s’est réjoui le ministre des Finances.

Lui succédant au micro, Xavier-Luc Duval a remercié le Premier ministre de lui avoir confié le ministère de l’Intégration sociale. C’est une preuve de confiance, estime-t-il. «Plus qu’un ministère c’est une mission qui m’a été confiée pour les cinq ans à venir», a soutenu le leader du Parti mauricien Social Démocrate (PMSD). Il a, ensuite, lancé un appel à ses partisans pour que la mobilisation se poursuive en vue des élections municipales.

Quant au Vice Premier ministre Rashid Beebeejaun, Deputy Leader du PTr et ministre de l’Energie et des Utilités publiques, il a axé son intervention sur la campagne, selon lui « infecte» dont il aurait été victime dans la circonscription No. 2 (Port-Sud-Port Louis-Central). «L’île Maurice moderne ne peut accepter ce genre de campagne», affirme-t-il. Pour finir Rashid Beebeejaun a demandé à ses partisans de rester vigilants et de ne pas céder aux pressions de l’adversaire. «Bérenger va commencer ses numéros au Parlement. Ne le suivez pas», a-t-il demandé.

Ceux présents au meeting ont eu droit à un court spectacle avant les interventions des leaders. Une troupe de danse ainsi que le ségatier Claudio et ses danseuses ont exécuté quelques numéros pour le plaisir des partisans de la majorité gouvernementale.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires