Rama Valayden: «On m’aurait traité de terroriste si j’étais né en Palestine ou au Sri Lanka»

Avec le soutien de

«Maurice utilisera toutes les plates-formes internationales pour faire passer son message et dénoncer l’injustice au Sri Lanka», déclare Arvind Boolell, ministre des Affaires étrangères.

Il a fait cette déclaration lors d’un forum débat le 28 mai à la mairie de Port-Louis. Quant à Rama Valayden, il n’a pas manqué de faire un rapprochement entre sa situation politique à Maurice et ce qui se passe dans certains pays, dont le Sri Lanka. «On m’aurait traité de terroriste si j’étais né en Palestine ou au Sri Lanka», dira-t-il, à cet effet, pour répondre à ses détracteurs qui le trouvent parfois extrême dans ses prises de position.

Un événement organisé par la Port-Louis Harbour and Dock Workers’ Union (PLHDWU) qui réunissait également Rama Valayden, l’Attorney General, Me Pramila Patten, experte auprès des Nations Unies, les députés Reza Issack et Richard Duval, Viren Coomaren, président des temples tamouls de l’île et plusieurs personnalités qui ont répondu présents pour dire «Non au massacre du peuple tamoul innocent» du Sri Lanka.

Si le ministre des Affaires étrangères a tenu un discours sobre et diplomate, tel n’a pas été le cas de l’Attorney General. Rama Valayden décrit le mouvement des Tigres de libération de l''''Eelam Tamoul (LTTE) comme des «freedom fighters» à l’instar de Nelson Mandela, le Mahatma Gandhi, Che Guevara… Une comparaison assez biscornue quand l’on sait que ce sont ces mêmes LTTE qui sont à l’origine de nombreux assassinats à travers le monde dont celui du Premier ministre indien Rajiv Gandhi en 1991. Il décrit même les tamouls du Sri Lanka comme «les Palestiniens de la région.» Et d’ajouter que le portrait de Velupillai Prabhakaran deviendra célèbre comme celui de Che Guevara.

Les autres orateurs ont rejoint la position de Rama Valayden. Coomaren Viren partage l’avis de l’Attorney General sur le point que la LTTE ne sont pas des terroristes, mais des «freedom fighters.» «La diaspora tamoule ne se taira pas on continuera notre lutte. 12 000 filles tamoules ont été violées et on dénombre plus de 20 000 orphelins tamoules au Sri Lanka», explique le président des temples tamoules de l’île.

«Nous ne pouvons pas rester tranquille, car nous, Mauriciens, avons des liens de sang avec les tamouls du Sri Lanka…», conclut Rama Valayden. Et c’est pour cette raison que Maurice continuera à dénoncer le «génocide» au Sri Lanka auprès de la communauté internationale.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires