Rama Sithanen propose de garder les objectifs du BLS mais d''en changer le mécanisme

Avec le soutien de

L’ancien ministre des Finances et expert en systèmes électoraux propose d’englober les objectifs du Best Loser System (BLS) dans un mode d’élection mixte à scrutin majoritaire et à représentation proportionnelle.

Rama Sithanen a rendu public son rapport sur la réforme électorale. Lors d’une conférence de presse, ce samedi 28 janvier, à l’Hôtel Le Labourdonnais, à Port-Louis, l’ancien vice Premier ministre et ministre des Finances qui est aussi un expert en systèmes électoraux a présenté ses propositions pour un mode d’élections plus « juste et équitable ». Dans un document de 116 pages, intitulé « Initiative citoyenne pour une réforme électorale réalisable à Maurice », le chercheur  qui détient en un doctorat en sciences politiques cerne la problématique du système électoral mauricien, analyse les différentes pistes de recherche  et aligne des possibles solutions.

Lors de la présentation à la presse du travail qu’il a entrepris volontairement et bénévolement, Rama Sithanen a longuement insisté sur des réflexions autour du Best Loser System(BSL). Cet aspect du système électoral mauricien qui pourrait disparaître dans le cadre d’une réforme suscite beaucoup de débats en ce moment.

Analysant le BSL comme une ces caractéristiques du système électoral mauricien, Rama Sithanen concède que la question comporte une forte charge émotionnelle. Toutefois, il fait remarquer depuis 1967, 82% des députés appartenant à la communauté musulmane ont obtenu leurs sièges au Parlement en se faisant élire et non par le biais du BLS. Ce taux est de 78% pour la population générale. «  Vu le faible impact du BLS, on peut trouver un système alternatif de représentation qui soit moderne et crédible, mais qui maintiendra l’objectif du BSL », écrit le Dr Sithanen dans son rapport.

Ainsi, il propose d’englober les moyens d’atteindre les objectifs du BLS dans un système mixte. Celui-ci sera un mélange de scrutin majoritaire et de représentation proportionnelle avec une liste fermée.

Rama Sithanen propose de préserver les 20 circonscriptions actuelles avec trois élus. A ceux là viendront s’ajouter 20 députés choisis à la proportionnelle à partir des listes fermées constituées par les partis politiques, tout en permettant à un candidat se présentant dans une circonscription d’être présent sur la liste.

Le chercheur explique que ce système permettra aux leaders politiques de se retrouver au Parlement même s’ils sont battus dans leurs circonscriptions. Comme les partis constitueront leurs listes pour permettre la représentation de toutes les composantes de la population, les communautés qui bénéficiaient du BLS  auront davantage de députés, car d’autres se seront fait élire dans les circonscriptions.

L’allocation des sièges à la proportionnelle  sera calculée sur ce que Sithanen appelle le Wasted votes. En effet, il suggère que le nombre de votes obtenus par des candidats non élus appartenant à un parti politique soit additionné pour ensuite connaître le pourcentage de sièges qui sera attribué à chacun des partis. Sithanen estime que pour bénéficier de sièges à la proportionnelle, un parti doit recueillir au moins 10% des suffrages exprimés.

En ce qui concerne la représentation des femmes au Parlement, Rama Sithanen fait remarquer que Maurice est très en retard par rapport aux exigences des instances internationales à ce chapitre. Il propose donc qu’aucun parti ne pourra proposer trois candidats du même sexe dans une circonscription. Il demande également que sur liste pour la proportionnelle qu’il y ait au moins une personne de sexe différent après chaque série de trois candidats.

Rama Sithanen estime qu’un système électoral doit permettre à un pays d’avoir la stabilité et un gouvernement fort. Il doit être juste et équitable tout en assurant l’inclusion de toutes les composantes de la population. La représentation adéquate des femmes doit aussi être un objectif d’un bon système électoral.

Tout en reconnaissant que le système qu’il propose n’est pas parfait, Rama Sithanen insiste qu’il repond aux exigences d’une société plurielle tout en assurant la stabilité et l’équité. 


 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires