Réforme électorale : Ramgoolam dit éprouver des difficultés à trouver un consensus

Avec le soutien de

Le Premier ministre s’est une nouvelle fois ce mardi 31 janvier exprimé sur la réforme électorale. Toutefois, Navin Ramgoolam a concédé qu’il sera assez compliqué d’enclencher la réforme électorale de sitôt. Les discussions vont cependant se poursuivre.

La réforme électorale n’est pas pour sitôt. C’est ce qu’on est tenté de croire après que le chef du gouvernement Navin Ramgoolam eut admis éprouver des difficultés à trouver un consensus notamment avec le Mouvement militant mauricien (MMM). C’est ce qu’il a déclaré lors de l’inauguration du gymnase James-Burty-David à Curepipe. « Je suis en train de me pencher sur les différentes propositions de Paul Bérenger, mais ses propositions méritent beaucoup de réflexion ce qui me met aussi dans une situation difficile », a-t-il indiqué. Toutefois, le Premier ministre a tenu à faire ressortir qu’il compte continuer les discussions au sujet de la réforme électorale.

Navin Ramgoolam a, à maintes reprises dans son discours, mis l’accent sur la nécessité de réformer le système électoral. Il a une nouvelle fois manifesté son opposition au fait qu’un candidat doit à chaque fois faire mention de son appartenance ethnique lorsqu’il décide de participer à des élections. « Il est inacceptable que 44 ans après avoir eu notre indépendance, nous sommes en train de tolérer un tel système », a-t-il avancé.

« Si nous acceptons un pareil système c’est que nous acceptons de vivre dans la division », a-t-il ajouté. Le Premier ministre est d’avis que la société mauricienne est aujourd’hui divisée. « C’est un constat que je fais tout le temps, en tant que politicien. Cela se fait aussi ressentir lorsque je procède à des nominations. Si je décide de nommer un Vaish, ceux appartenant à d’autres castes ou d’autres communautés vont se sentir lésés », a-t-il soutenu.

Le Premier ministre a aussi expliqué ne pas être en faveur de l’élimination du Best Loser System (BLS), mais privilégierait en revanche l’installation d’un mécanisme pour le BLS. « Je ne veux laisser aucune communauté au bord de la route. Je suis en faveur d’une meilleure représentation de toutes les communautés », a-t-il assuré.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires