Réforme électorale : Pravind Jugnauth discute avec Paul Bérenger cette semaine

Avec le soutien de

Le leader du MSM va rencontrer le chef de l''''opposition pour discuter de réforme électorale. C’est une première depuis&nbspla défaite de leur alliance aux élections de 2005.

Après s''être opposé avec véhémence à toute réforme électorale alors qu''il partageait le pouvoir avec le Mouvement militant mauricien (MMM) entre 2000 et 2005, le Mouvement socialiste militant (MSM) compte, cette fois, discuter de la question avec celui-ci.

C''est la révélation faite par le leader du MSM à l''issue de sa conférence de presse du dimanche 7 août pour annoncer qu''il ne fait plus partie de l''Alliance de l''Avenir. Pravind Jugnauth a indiqué qu''une rencontre entre lui-même et le leader mauve, Paul Bérenger, est prévue dans le courant de cette semaine.

Pourtant depuis la défaite de leur Alliance du Coeur en 2005, la relation entre les deux hommes s''est grandement détériorée. De « petit frère », Pravind Jugnauth a été gratifié de plusieurs pseudonymes injurieux par Paul Bérenger.

En fait, il y a eu une escalade quand le MSM a estimé qu''ils ont mordu la poussière à cause de Paul Bérenger en 2005. Ce dernier ayant alors été présenté comme futur Premier ministre.

Le leadership du MSM a alors été critiqué par les mauves. Le pire était à venir quand le leader du MMM a encouragé Ashock Jugnauth, l’oncle de Pravind Jugnauth, à abandonner le MSM. Déjà installé au Réduit, Sir Anerood Jugnauth a émis un communiqué pour déclarer qu’il a coupé tout lien familial avec celui-ci. Depuis beaucoup d’eau a coulé sous le pont.

Avec l''affaire MedPoint, qui a causé le divorce entre le MSM et le Parti Travailliste (PTr) ce week-end, le MMM n''a jamais cessé de cibler Pravind Jugnauth. Allant jusqu''à lancer une campagne d''affiches et de caricatures contre lui.

Ce n''est que récemment que les mauves ont mis de l''eau dans leur vin vis-à-vis du MSM. Soit à partir du vendredi 22 juillet, quand l''ex ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, a été arrêtée et inculpée par la Commission anti-corruption.

Depuis, Paul Bérenger s''en est systématiquement pris au chef du gouvernement, épargnant et encensant Pravind Jugnauth. Allant jusqu''à estimer que c''est le prédécesseur de Maya Hanoomanjee à la Santé, le travailliste Rajesh Jeetah, qui aurait dû être entendu en premier.

Aux dernières nouvelles, Paul Bérenger réclame une réforme électorale pour mettre fin aux alliances instables. Son message, cette fois, ne semble pas être tombé dans l''oreille d''un sourd. Sauf qu''ils sont tous deux dans l''opposition.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires