Réforme électorale: Navin Ramgoolam répond aux critiques de l’opposition

Avec le soutien de

Le Premier ministre fustige l’alliance MMM-MSM pour n’avoir pas pu concrétiser leur projet de réforme alors qu’elle disposait de la majorité requise&nbspdans le passé. Il a, par ailleurs, nié l’information sur l’«ultimatum» lancé par Xavier Duval.

Le chef du gouvernement renvoi la balle au Mouvement militant mauricien-Mouvement socialiste militant (MMM-MSM) en ce qu’il s’agit de la réforme électorale. Il rappelle que cette même alliance n’avait pas pu apporter une réforme alors qu’elle avait la majorité requise en deux occasions, soit en 1991 et 2000. Ce qui l’amène à conclure que l’opposition n’est&nbsppas sérieuse&nbspà ce sujet.

Les leaders des deux partis du Remake 2000, Alan Ganoo et Pravind Jugnauth, avaient, en effet, tous deux critiqué la décision de Navin Ramgoolam de proposer un «white paper» sur la réforme électorale.

Le Premier ministre confirme qu’il souhaite consulter «tous ceux concernés et non seulement les politiciens» sur la question de la réforme électorale. Il l’a réaffirmé dimanche, 3 mars, au Rabindranath Tagore Institute, à Ilot, lors d’une cérémonie organisée par la Federation of Arya Samaj pour célébrer les 45 ans de l’indépendance.

Navin Ramgoolam a aussi nié l’information rapportée par l’express, samedi dernier sur l’«ultimatum» lancé par Xavier Duval.

«Il n’y a pas d’ultimatum», a assuré le Premier ministre en affirmant que le Parti mauricien social démocrate (PMSD) est un «allié important».

Nous maintenons cependant notre information de samedi à l’effet que Xavier Duval a demandé au Premier ministre de révoquer Michael Sik Yuen. Nous avons bien précisé dans l’article incriminé que «si la voie à suivre a déjà été décidée, c’est le timing qui est incertain».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires