Réforme électorale : Les rencontres se multiplient et les positions s’assouplissent

Avec le soutien de

Plusieurs rencontres ont eu lieu cette semaine entres les dirigeants des trois blocs politiques. Si la réforme électorale a été, semble-t-il, le principal sujet des discussions, la question d’alliance a, elle, été effleurée.

Les rencontres entre politiciens de différents bords se sont multipliées depuis la semaine dernière. Il a surtout été question de réforme du système électoral. Mises en veilleuse sept ans durant, les discussions entre le Mouvement militant mauricien (MMM), le Parti travailliste (PTr) et le Mouvement socialiste mauricien (MSM) sont donc de nouveau d’actualité.

Les questions d’alliance après la récente cassure au sein du gouvernement - qui a fini par pousser le MSM dans l’opposition - n’ont pu être évitées. Même si les principaux protagonistes refusent d’évoquer le possible rapprochement entre les ennemis d’hier, nous avons appris que des propositions ont bien été émises lors de ces réunions au sommet.

En ce qui concerne la position des principaux partis sur la question de la réforme électorale et de la IIe République, les positions des uns et des autres se sont assouplies après les différents rencontres de la semaine dernière.

Il y a, d’abord, la rencontre élargie entre le MMM et le MSM à Riverwalk le mardi 16 août. Elle a succédé à une première prise de contact entre les deux leaders, Paul Bérenger et Pravind Jugnauth le jeudi 11 août dernier, à l’hôtel le Labourdonnais, à Port-Louis. Objectif : trouver un terrain d’entente, un « bon consensus » sur les divergences qui séparent les deux partis

Le MMM se serait montré plus ouvert à la proposition du MSM quant au mode de nomination de 30 députés selon le système actuel du Best Loser. C’est du moins l’information qu’a relayé la presse après cette « rencontre élargie » entre les principaux dirigeants des deux partis.

Toutefois, certains dans les milieux mauves, précisent que le MMM ne s’est, à aucun moment, montré aussi catégorique comme présenté dans les médias. Un député très en vue du MMM prévoit même que c’est le MSM qui jouera le jeu sur la question de représentation proportionnelle.

Ainsi ces derniers n’auraient aucun problème à faire une petite concession sur le nombre de députés à être nommés. Le consensus serait, donc, de mise.

La rencontre entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam n’a pas tardé non plus. Dès le lendemain le leader du MMM se rendait au Bureau du Premier ministre pour rediscuter de la refonte du système électoral.

Le leader du Parti travailliste maintient de son côté qu’il faut une « party list » avant les élections pour la nomination des représentants à la proportionnelle. Là où la position de Navin Ramgoolam a évolué, c’est sur la question du choix d’un président avec plus de pouvoir au sein d’une IIe République.

Le chef du gouvernement a toujours soutenu qu’il fallait, dans ces conditions, un président élu aux suffrages universels alors que le MMM propose un choix de l’exécutif, ratifié par un vote à la majorité simple au Parlement.

Est-ce cette nouvelle posture qui fait dire à Paul Bérenger que Navin Ramgoolam a changé de position. Un changement qui arrange, dans ce cas, le MMM. Les déclarations futures de nos politiques devraient nous éclairer sur la question.

La question d’alliance a surtout été brandie, sans être évoquée, lors de la rencontre entre le leader du MMM et les députés du MSM. Paul Bérenger a été invité à aller prendre un verre chez son homologue du MSM. Ce, en présence de tous les élus orange.

C’est à la demande de Pravind Jugnauth que le leader du MMM est accouru « au chevet du parti soleil », mercredi dernier après sa rencontre avec le Premier ministre. Selon nos informations, la rencontre improvisée avait pour objectif de mettre un terme à l’hémorragie au sein du MSM. La mort clinique de ce parti dorénavant d’opposition ne cadre pas avec la stratégie du leader, dit-on, à voix basse du côté du MMM.

Ainsi, un peu de sérum ne ferait pas de mal au MSM tout en faisant le plus grand bien au MMM, pensent certains dont le leader des mauves lui-même.

La rencontre de trois heures entre Navin Ramgoolam et Jayen Cuttaree en prélude de la réunion entre les deux chefs de partis au Prime Minister’s Office (PMO) mercredi, annonçait déjà un éventuel rapprochement entre le MMM et PTr. Jayen Cuttaree ayant déjà joué le rôle de négociateur avant les élections de mai 2010.

Selon les informations provenant des mauves, ce serait Navin Ramgoolam qui aurait soulevé en premier cette possibilité. Des propositions concrètes auraient été faites au leader de l’opposition par le chef du gouvernement.

Elles concerneraient principalement une forme de partage de pouvoir sous la IIe République. Un chant d’amour qui n’aurait pas, a priori, encore séduit Paul Bérenger.

Une troisième semaine haute en couleurs pour l’échiquier politique est à prévoir. La valse des rencontres et des « fréquentations » prénuptiales tiendra la vedette et devrait reprendre dès demain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires