Réforme électorale : Bérenger tire un trait sur Carcassonne et veut le rapport Sachs

Avec le soutien de

Le chef de l’opposition ne veut plus du rapport Carcassonne et réclame l’adoption du rapport Sachs. Celui-ci souhaite, au plus vite, la tenue des élections municipales et envisage de tout cœur un remake de 2000 avec le Président de la République.

Paul Bérenger revoit sa copie vis-à-vis du rapport Carcassonne. Lors de la première conférence de presse du Mouvement militant mauricien (MMM) pour l’année 2012, en ce samedi 7 janvier, le chef de l’opposition réclame ni plus ni moins que ce rapport sur la réforme électorale soit mis au placard au profit du rapport Sachs. Ainsi que le document rédigé par l’ancien député mauve, Ivan Collendavelloo, pour que ce rapport puisse être appliqué.

« Le rapport Carcassonne est mort-né », a résumé Paul Bérenger, expliquant que le rapport d’Albie Sachs est mieux car il propose le maintien du système actuel avec 20 à 30 députés élus selon la proportionnelle. « Tout était prêt à l’époque, il ne restait qu’à finaliser le mécanisme précis à être utilisé pour le proportionnelle », a soutenu le chef de l’opposition.

Paul Bérenger annonce ainsi une rencontre avec l’ancien vice-Premier ministre de Navin Ramgoolam, Rama Sithanen, pour discuter de la réforme électorale. Celui-ci détient un doctorat en la matière et avait même fait forte impression auprès d’Albie Sachs quand il travaillait sur son rapport au début des années 2000.

« C’est lui qui m’a contacté, je ne vais quand même pas le bouder. Nous allons nous rencontrer lundi et après cela, j’aurai une discussion avec le Premier ministre », a fait ressortir le leader des mauves. Il annonce avoir discuté de la réforme avec Navin Ramgoolam vendredi et déplore, par la même occasion, les commentaires de ce dernier sur le rapport Carcassonne dans ses vœux télévisés à la nation.

Pourtant, en décembre dernier, Paul Bérenger affichait une toute autre position, disant tout le bien qu’il pensait du rapport du Pr Guy Carcassonne. « L’idée de remplacer le système actuel par un nouveau système avec 12 circonscriptions et des députés élus à la proportionnelle, une redéfinition des frontières électorales par une Electoral Boundaries Commission spéciale de manière à encourager tous les partis politiques à présenter des candidats de toutes les communautés est très positive et démocratique », avait-il souligné

Paul Bérenger s’est également fait un plaisir de faire un cours d’histoire sur le Best Loser System qui est accusé de perpétuer le communalisme. Il indique que le rapport Banwell de 1966 sur le système électorale pour l’île Maurice indépendante avait proposé ce mécanisme afin de garantir la représentation des minorités.

Le rapport avait, toutefois, indiqué que ce mécanisme serait mis au placard avec le temps. Il explique que l’expert anglais a prédit que la nécessité des candidats de décliner leur appartenance ethnique allait être mise de coté et que ce serait le rôle de la Commission électorale de définir qui est éligible à représenter le peuple à l’Assemblée nationale sous le Best Loser System.

Pour revenir dans l’actualité contemporaine, Paul Bérenger réclame des élections municipales au plus vite et annonce des consultations au niveau du Comité central mauve pour un « remake de 2000 » avec un mandat à l’israélienne entre Sir Anerood Jugnauth et lui-même.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires