Réforme électorale : Bérenger peu confiant du projet mené par le Pr Carcassonne

Avec le soutien de

Le chef de l’opposition a peu d’espoir que le rapport commandité par le Premier ministre apporte un souffle à l’actuel système électoral. Il estime également qu’un deuxième rapport est inutile.

Il n’y a pas lieu qu’un autre expert étranger planche sur la réforme électorale. Paul Bérenger, le chef de l’opposition, a quelques réserves concernant le plan concocté par l’avocat constitutionnaliste français, Guy Carcassonne, ainsi que ses deux assesseurs anglais et espagnol.Réunissant la presse à l’hôtel The Link, à Ebène, ce samedi 17 septembre, le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) s’est dit peu confiant que le rapport qui sera rendu par le Pr Carcassonne d’ici la fin de l’année, soit à la hauteur. Il explique qu’il existe quatre principaux systèmes électoraux à travers le monde et celui désigné par le Sud-Africain Albie Sachs en 2002 concerne la représentation proportionnelle d’un tiers.

« Lors de ma rencontre avec le Pr Carcassonne, il m’a fait comprendre qu’il rejette ce principe », confie Paul Bérenger. Ce qui le pousse à dire que la décision du Premier ministre, Navin Ramgoolam, d’avoir recours à cet expert est une perte de temps.

Pour Paul Bérenger, le Pr Carcassonne est bien parti pour rendre un rapport d’ici la fin de l’année sans aucune consultation avec les politiques locaux. « Il ne fait que passer 24h ou 48h dans l’île et repart. Lui et ses deux compères ne savent rien du contexte local et ses subtilités », regrette le chef de l’opposition.

De son point de vue, cette réforme voulue par le Premier ministre pourrait aussi être un « piège » tendu à l’opposition. « Il vise sans doute à nous endormir et d’appeler les Mauriciens aux urnes en décembre ou en février » argumente le leader mauve qui explique avoir déjà envisagé ce scénario avec ses principaux collaborateurs il y a une semaine.

« On tergiverse sur la réforme alors que, ce qui manque, c’est une réelle volonté politique de la part de Navin Ramgoolam », clame le chef de l’opposition. Il souligne qu’outre le MMM, le Parti Travailliste (PTr) ainsi le Mouvement socialiste militant (MSM) sont quasiment d’accord sur ce qui doit changer.

Sauf que les travaillistes et les militants sont en faveur de 30 députés désignés à la proportionnelle contre 20 pour le Sun Trust. En fin de compte, prédit Paul Bérenger, avec le Pr Carcassonne, ce nombre va tourner autour de dix députés.

Commentant les autres sujets d’actualité, Paul Bérenger estime dérisoire le montant de la compensation salariale accordée par le gouvernement. « La compensation est&nbsp insuffisante et injuste pour ceux qui touchent plus de Rs 30 000. Ceux-ci sont complètement ignorés », déplore-t-il.

Il lance un appel au gouvernement afin de revoir le seuil imposable de l’Income Tax ainsi que le montant des allocations sociales. De même qu’un effort particulier vis-à-vis des Petites et moyennes entreprises (PME) qui seront affectées par cette hausse des salaires.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires