Récompenses en espèces aux sportifs méritants : Le kick-boxing et le cyclisme se partagent Rs 565 000

Avec le soutien de

Après l’effort le réconfort des récompenses ! Le ministère de la Jeunesse et des Sports a témoigné sa gratitude et sa reconnaissance envers les kick-boxers Fabrice Bauluck et Facson Perrrine et la cycliste Aurélie Halbwachs, tous médaillés aux Championnats du monde de kick-boxing en octobre en Macédoine et aux Championnats d’Afrique de cyclisme au mois de novembre en Erythrée.

Il leur a remis, hier, à Ebène, ainsi qu’à l’entraîneur national de kick-boxing, Judex Jeannot, une somme globale de Rs 565 000.

Prenant la parole avant la remise des chèques, Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM), a félicité les récents médaillés sur les scènes continentale et mondiale et salué leur sens de l’effort. «Les athlètes donnent beaucoup pour avoir cette médaille. Je leur souhaite beaucoup de courage en cette année olympique», a-t-il déclaré. Philippe Hao Thyn a souhaité bonne chance à Aurélie Halbwachs dans sa quête d’une qualification pour les Jeux olympiques de Londres et a trouvé «dommage» que le kick-boxing ne fasse pas partie de la plus grande des manifestations sportives.

Il a émis le voeu que la World Association of Kick-boxing Organization (WAKO) parvienne à plaider sa cause et à convaincre le Comité international olympique (CIO) de la nécessité d’inclure le kick-boxing dans cette grande famille du sport et qu’il soit présent aux Jeux de 2020. Ce serait une bonne chose pour le sport mauricien eu égard aux qualités que possèdent les tireurs locaux, a-t-il affirmé.

Le président du COM a ensuite ouvert une parenthèse sur ses relations avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo. Il a choisi pour cela l’image d’un couple marié, ce qui n’a pas manqué de provoquer l’hilarité dans l’assistance. «Nous sommes comparables à deux hommes mariés.

Nos enfants, des enfants adoptifs, ce sont les fédérations. Celles-ci ont besoin que l’on s’occupe d’elles. Et pour cela, il nous faut regarder dans la même direction. Dans ce genre de mariage, il n’y a pas de divorce. Nous nous devons de travailler ensemble», a-t-il soutenu.

«Travailler ensemble»

Avant de renchérir que le COM et le MJS sont «condamnés à travailler ensemble même s’il y a de la zizanie». Il a émis le voeu qu’une «étroite collaboration» existe cette année entre ces deux instances malgré «la zizanie» qu’il pourrait y avoir. «Il y a beaucoup de gens derrière nous. A bien y penser, un tiers de la population est engagé dans le sport. Ils travaillent dur. Les athlètes et les dirigeants sont des bénévoles.

Les athlètes se dépensent beaucoup physiquement. Il faut les encadrer. Les dirigeants aussi font des efforts.

Eux aussi sont des bénévoles», a-t-il souligné. Le président du COM a réitéré son souhait que le COM et le MJS «travaillent main dans la main» et conclu en félicitant le MJS pour sa générosité envers les médaillés précités.

Le second orateur, Devanand Ritoo, a d’emblée remercié et félicité Aurélie Halbwachs, Fabrice Bauluck et Facson Perrine pour leurs exploits. Il a étendu ses remerciements à leurs fédérations, entraîneurs et parents de même qu’aux cadres de son ministère qui les ont accompagnés dans leur préparation des Championnats d’Afrique de cyclisme et des Mondiaux de kick-boxing.

Les récompenses en espèces, a observé le ministre, sont une «motivation pour atteindre l’excellence ». «Chaque athlète a un rêve», a-t-il assuré avant de saluer «le palmarès inégalable» et la détermination d’Aurélie Halbwachs.

«Le gouvernement n’est pas insensible à cela. Nous croyons dans votre potentiel et votre capacité», a ajouté Devanand Ritoo, en regrettant que le kick-boxing ne soit pas discipline olympique.

Donnant la réplique à Philippe Hao Thyn Voon, Devanand Ritoo a répondu qu’il «n’y a aucun problème» et qu’il n’y en aura aucun «tant que je serai ministre de la Jeunesse et des Sports». Il a appelé toutefois à «suivre les procédures», à adopter «une ligne de conduite» et à ne pas en dévier. «J’ai adopté une ligne de communication claire avec les fédérations, les entraîneurs, les dirigeants, les athlètes, les journalistes», a-t-il précisé.

«Nous sommes condamnés à travailler ensemble», a dit le ministre, reprenant les mots prononcés plus tôt par le président du COM. La fi nalité, a-t-il ajouté, est que les sportifs sortent gagnants et qu’ils ne soient pas pénalisés. A condition toutefois, a-t-il insisté, que les principes, les lois du pays et les lois des fédérations soient respectés.

Les Championnats du monde de kick-boxing avaient eu lieu en Macédoine du 20 au 30 octobre. Quant aux Championnats d’Afrique de cyclisme, ils se sont tenus en Erythrée du 8 au 13 novembre.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires