PTr et MSM: l’accord tacite sur le terrain pour la partielle au Numéro 8

Avec le soutien de

Le Parti Travailliste (PTr) et le Mouvement Socialiste Militant (MSM) ont un adversaire en commun, le Mouvement Militant Mauricien (MMM). Cela se vérifie pour la campagne au No. 8.

La partielle dans la circonscription Quartier Militaire-Moka va modifier irrémédiablement le paysage politique du pays. Pour l’instant, sur le terrain, l’accord tacite entre les partisans du PTr et ceux du MSM est nettement perceptible. Il y a des signes qui ne trompent pas en ce sens.

A commencer par la posture de Pravind Jugnauth. Dans le ton d’abord, Pravind Jugnauth n’a jamais été aussi respectueux à l’égard du leader du PTr. Il fait toujours dans «le Premier ministre», «le Dr Navin Ramgoolam» ou encore «le leader de l’Alliance sociale». Par contre, le leader du MMM n’a droit qu’à son patronyme et à son prénom «Paul Bérenger». Il n’y a pas non plus, depuis le début de la campagne, de critiques contre le gouvernement.

Au contraire, on sent en filigrane, dans les discours de Pravind Jugnauth, une volonté de préparer le terrain en vue d’une éventuelle entente avec l’Alliance sociale. Donc, il assure qu’il ne tirera pas sur les «spectateurs», les «cowboys». D’où vient cette subite neutralité vis-à-vis du parti au pouvoir lorsqu’on se réclame de l’opposition?

Encore une fois, il faut chercher la réponse dans le discours du leader du MSM. Pravind Jugnauth épargne ouvertement le gouvernement. Il n’est pas question de fustiger l’Alliance Sociale. «Je ne vais pas tirer sur les cowboys qui ne font que regarder», affirme t-il. Il va même plus loin en justifiant l’absence de l’Alliance Sociale dans cette partielle en rappelant que le PM préfère s’occuper de l’économie: «surtout en cette période de crise». «Le Dr Ramgoolam est le leader de l’Alliance sociale. Je ne peux pas être responsable de ses décisions. Mais il a expliqué qu’il ne présentera pas de candidat à cette partielle. Et il a dit que sa priorité, c’est l’économie. Surtout en cette période de crise», dira, en ce sens, Pravind Jugnauth.

La présence de quelques dizaines d’activistes rouges à la première grande réunion du MSM durant la semaine n’est pas passée inaperçue. Cela en dit long sur l’humeur de l’électorat rouge dans la circonscription. Dans l’entretien qu’elle nous accorde, la députée travailliste Nita Deerpalsing confirme qu’il y a une pression de l’électorat rouge du No. 8 pour descendre sur le terrain.

D’ici le 2 mars, l’un des deux partis, entre le MMM et le MSM, aura changé d’avis. Alors que le gagnant tentera de démontrer que les résultats ont valeur de référendum national, le perdant affirmera le contraire en présentant le verdict des urnes comme quantité négligeable qui ne reflète en rien la réalité au niveau national.

C’est ainsi qu’on fait de la politique à Maurice…

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires