Prorogation du Parlement: Bérenger annonce des développements, les ministres sont sereins

Avec le soutien de

Les acteurs politiques commencent à commenter la décision du Premier ministre de demander la prorogation du Parlement. Le leader de l’opposition trouve que Navin Ramgoolam cède à la panique. Les&nbsp ministres Kasenally,&nbsp Virahsawmy et Pillay, eux, affichent la sérénité.

Dans une brève déclaration à la presse, le leader de l’opposition déclare qu’à son avis le Premier ministre cède à la panique, après l’annonce de la reconduction de l’Alliance Mouvement Militant Mauricien- Mouvement Socialiste Militant (MMM-MSM)&nbsp de l’an 2000. Selon lui la prorogation du Parlement s’explique par l’embarras du chef du gouvernement devant cette perspective.

Toutefois Paul Bérenger n’a pas voulu commenter davantage sur la situation. Il a simplement annoncé des développements politiques importants dans les jours à venir. Le leader du MMM a tenu à préciser qu’il n’y aura pas d’alliance entre son parti et les travaillistes.&nbsp

De leur côté, des ministres qui étaient sur le terrain ce matin du mercredi 13 mars, ont tenté d’afficher la sérénité. Ils ont tous nié qu’il y aurait des désaccords au sein du principal parti de la majorité gouvernementale.

« Les élus du Parti travailliste ne sont nullement frustrés ». Abu Kasenally, ministre des Terres et du Logement donne la réplique au leader de l’Opposition. Il souligne qu’une quelconque alliance entre le Mouvement militant mauricien (MMM) et le Mouvement Socialiste militant (MSM) ne constitue pas une menace pour les membres du Parti travailliste.

Deva Virahsawmy, ministre de l’Environnement soutient également que tout va bien dans les rangs du gouvernement. « Je n’ai rien remarqué qui pourrait évoquer une frustration ou un mécontentement au sein du gouvernement. Il nous reste trois ans de mandat et nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout », soutient le ministre de l’Environnement.

En effet, dans son point de presse hebdomadaire, vendredi dernier, Paul Bérenger avait avancé qu’il y avait une frustration qui s’était installée au sein du Parti travailliste.&nbsp

En ce qui concerne la Garden Party donnée par le Président de la République,&nbsp le mardi 13 mars, les deux ministres affirment qu’ils avaient d’autres préoccupations. Abu Kasenally, dit qu’il avait un ennui de santé, alors que Deva Virahsawmy avance qu’il n’a pas l’habitude d’aller à « ce genre de sorties ».

Quant à la réunion annoncée par le Premier ministre entre les membres du gouvernement, à la Clarisse House, il semblerait que les lieutenants rouges s’attendent à ce que Navin Ramgoolam leur présente leur fournisse des explications sur démarche. «Nous n’en savons pas plus. Il nous parlera de sa stratégie pour le reste du mandat », affirme Abu Kasenally.

De son côté le ministre des&nbsp Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), Tassarajen Pillay Chedumbrum, justifie la prorogation du Parlement e, évoquant la précarité de la situation économique. « Nous avons un travail à accomplir face à la crise économique et le Parti travailliste n’est pas là pour jouer », a-t-il dit, ce mercredi 14 mars, à l’hôtel Le Labourdonnais, lors d’une cérémonie pour accueillir le siège d’IBM à Maurice

Le ministre des TIC a poursuivi en affirmant ne pas pouvoir anticiper la crise de l’euro. « Il est tout à fait normal, en tant qu’un gouvernement sérieux et responsable, de venir en avant avec une stratégie pour le progrès du pays », a-t-il ajouté. Tassarajen Pillay Chedumbrum intervenait .

Tassarajen Pillay Chedumbrum est d’avis que le Parti Travailliste est une force. « Nous avons un mandat à respecter et c’est pour cette raison que le peuple a voté pour nous. Nous n’aimons pas être gênés par des facteurs qui nous empêchent de poursuivre le développement du pays », a-t-il fait ressortir dans une déclaration à la presse.

Le ministre Pillay s’en est également pris à l’opposition et a tenu à souligner qu’il n’a pas de problème au sein de la majorité « Il n’y a pas de crise au sein du gouvernement. Bien au contraire, nous sommes tous sereins. La crise se trouve du côté de l’opposition », a conclu Tassarajen Pillay Chedumbrum.

Estelle Bastien/Bertrand Hrisson

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires