Projet Jin Fei : Les ex-planteurs de Riche-Terre demandent une compensation uniforme

Avec le soutien de

Une compensation uniforme. C’est que réclament les 22 ex-planteurs de Riche-Terre. Selon eux, le rapport Noel-Ramkissoon souligne que les planteurs devraient bénéficier d’un même traitement.

Les agriculteurs ont tenu un point de presse, en ce 6 décembre au Centre Social Marie-Reine-de-la-paix, à Port-Louis.

«Nous avons lutté pour que ce rapport soit publié. Même s’il y a quelques points qui ne sont pas en faveur des planteurs, ce rapport a montré qu’il y a eu une absence de directive dans le processus d’évaluation de terrain des planteurs. De plus, il est dit clairement que les 22 planteurs devraient recevoir le même traitement», explique Eric Mangar.

En effet, les planteurs ont eu une réunion, en ce lundi, avec le secrétaire permanent du ministère de l’Agriculture et ont été informés que neuf planteurs recevront Rs 120 000 et les intérêts uniquement. Cependant, les 13 autres recevront la même chose mais ils ont la possibilité de choisir entre un lopin de terre pour leur culture de légumes ou une somme additionnelle allant jusqu’à Rs 300 000.

Pour informations, les neuf planteurs ont accepté de céder leurs terres à l’Etat sans négociations. Alors que les 13 autres avaient lutté pour recevoir une meilleure compensation. D’où la différence dans l’accord de la compensation.

Les planteurs, de leur côté, s’appuient sur le rapport Noel- Ramkissoon pour réclamer un traitement uniforme. «Nous demandons au ministère de revoir cette décision et d’appliquer la même condition à tous les planteurs», soutient Tadbir Dassarath, président de la&nbspRiche-Terre Farming Corperative Society Limited.

Salim Muthy, porte-parole des ex-planteurs, réclame, quant à lui, la démission du ministre de l’Agro-industrie, Satish Faugoo. «Un ministre ne peut pas être aussi arrogant envers les petits planteurs. Ces derniers ont beaucoup souffert à cause de ce ministre. Il devrait démissionner», lance Salim Muthy.

Par ailleurs, ce dernier a également critiqué la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), estimant que la station de radiotélévision nationale n’a pas été impartiale. «La MBC ne couvre que ce que Ramgoolam fait. Nous n’avons pas eu droit à la parole. D’ailleurs, je défie Dan Callikan d’envoyer ses journalistes couvrir la remise de chèque. Nous allons l’éjecter de son poste», lance Salim Muthy.

Les 13 planteurs ont jusqu’au 8 décembre pour faire part de leur décision au ministère de l’Agro-industrie : un lopin de terre ou une somme additionnelle.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires