Private Notice Question : Navin Ramgoolam à nouveau interrogé sur le trafic de bois de rose

Avec le soutien de

C’est, semble-t-il, l’arrestation d’un Mauricien à Madagascar la semaine dernière qui a poussé le leader de l’opposition à revenir à la charge sur le trafic de bois de rose de Madagascar via le port-franc mauricien. Il demandera au Premier ministre sur l’enquête policière entre autres.

Le trafic de bois de rose entre Madagascar et l’Asie du Sud-Est en passant par le port-franc mauricien fera une nouvelle fois au centre de la Private Notice Question (PNQ), ce mardi 10 juillet. Paul Bérenger interrogera encore une fois le chef du gouvernement sur la saisie, le 11 juin 2011 par la douane mauricienne, de six conteneurs de ce bois très prisé en Asie. C’est la quatrième question parlementaire liée à cette affaire à faire l’objet de débats à l’Assemblée nationale en deux mois.

Navin Ramgoolam sera d’abord appelé à dire si l’enquête policière a été bouclée et à donner les détails sur l’arrestation d’un compatriote à Antananarivo à la fin de la semaine dernière. Paul Bérenger veut savoir si cette arrestation a un lien avec l’enquête initiée depuis la saisie des six conteneurs à Port-Louis. Le Premier ministre devra aussi donner des indications quant à l’enquête de la Commission anti-corruption (ICAC).

La deuxième partie de la PNQ sera consacrée au Forensic Audit que compte entreprendre la Banque mondiale sur ce trafic, sur la visite d’un journaliste de la télévision nationale à Madagascar. Paul Bérenger s’intéressera ensuite aux différentes visites effectuées par les parlementaires mauriciens à Madagascar en janvier de cette année.

Une première question parlementaire avait été adressée au Premier ministre par le Deputy Chief Wip, Stéphanie Anquetil, le 15 mai dernier. Navin Ramgoolam avait laissé entendre qu’un politicien mauricien pourrait être impliqué dans ce trafic. Dès lors, les députés du Parti mauricien social démocrate (PMSD) et du Mouvement socialiste militant (MSM) s’étaient mutuellement lancé des allégations de complicité avec les trafiquants malgaches.

Une semaine plus tard c’est le leader de l’opposition qui revenait à la charge avec une Private Notice Question (PNQ) qui était également axée sur l’enquête policière. Mais d’autres allégations concernant des députés mauriciens avaient été émises des deux côtés l’hémicycle.

Le 26 juin dernier ce fut au tour du ministre des Finances de s’expliquer sur la requête d’assistance envoyée par son ministère à la Banque mondiale.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires