Prestation de serment : L’enthousiasme des Rouges face à la froideur de Sir Anerood Jugnauth

Avec le soutien de

Les membres du Parti Travailliste ont retrouvé le sourire après deux semaines de turbulences politiques au sein du gouvernement. Alors que le Premier ministre affichait un sourire éclatant, le président de la République, ne s’est pas attardé après la partie officielle.

Accolades, éclats de rires, bavardages. Les membres du Parti Travailliste ne se sont nullement retenus pour exprimer leur joie, ce dimanche 7 août à la State House lors de la cérémonie de prestation de serment des quatre nouveaux ministres : Suren Dayal, Lormus Bundhoo, Cader Sayed-Hossen et Jim Seetaram. Le Premier ministre prévoit des ajustements à son cabinet pour bientôt.

A 10 heures, l’hymne nationale retentit dans le salon du Château du Réduit pour la prestation de serments. C’est l’élu de la circonscription No 6 (Grand-Baie/Poudre-d’Or), Lormus Bundhoo, qui est le premier à être appelé pour prêter serment. Là encore les Rouges ne se ménagent nullement pour acclamer le nouveau ministre de la Santé sous un tonnerre d’applaudissements. Suivent dans l’ordre les trois autres néophytes du conseil des ministres, Cader Sayed-Hossen, Suren Dayal et Jim Seetaram.

Premier fait marquant de la cérémonie, la froideur de sir Anerood Jugnauth (SAJ) lors de cette cérémonie au sommet de l’Etat. Celui-ci a en effet adressé une poignée de main sans chaleur à Jim Seetaram sans même tourner les yeux vers le dissident du Mouvement socialiste militant (MSM).

Les timides applaudissements qui ont suivi la prestation de serment de ce dernier ont également contrasté avec le salut bruyant accordé aux trois ministres travailliste auparavant.

La cérémonie arrivée à son terme, le gouvernement fraîchement remanié prenait la direction de la terrasse pour la photo traditionnelle en compagnie du président de la République. Là, à nouveau, SAJ est l’objet de l’attention d’observateurs : le Premier ministre a également droit la froideur du chef de l’Etat. Le seul échange entre les deux hommes ne sera qu’une poignée de main toujours aussi glaciale.

Ce qui contrastait largement avec la bonne humeur affichée par le Premier ministre. Le président de la République qui ne s’est, d’ailleurs, pas attardé sur place. Une fois la traditionnelle photo de famille fixée sur pellicule, l’hôte de la cérémonie se dirige vers la porte de sortie, le visage crispé. Laissant sur places ses invités rouges qui exprimaient au grand jour leur satisfaction devant le dénouement de cette crise qui secoue l’échiquier politique deux semaines.

Le brusque départ du président de la République n’allait cependant pas gâcher la fête. Les Rouges continuaient, eux, à se féliciter, pendant que le Premier ministre continuait à faire le tour des invités prenant le temps de s’adresser à chacun d’entre eux.

Avant de partir, Navin Ramgoolam a annoncé qu’il reste deux postes à pourvoir au sein de son cabinet ministériel.

Thierry Laurent Jean Yves Chavrimootoo

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires