Pravind Jugnauth rappelle que c’est Paul Bérenger qui l’a sollicité pour une rencontre

Avec le soutien de

Les leaders du Mouvement Militant Mauricien (MMM) et du Mouvement Socialiste Militant (MSM)&nbsp se retrouvent, ce jeudi 11 août, après une longue période de séparation. Pravind Jugnauth a tenu à révéler que c’est Bérenger qui a demandé à le rencontrer.

C’est à l’hôtel Le Labourdonais à Port-Louis, ce jeudi 11 août, que le leader de l’opposition rencontre l’ancien ministre des Finances, Pravind Jugnauth. Une invitation lancée par Paul Bérenger et à laquelle le leader du MSM s’est empressé de répondre.

Trois jours seulement après avoir exprimé son souhait, le leader du MMM avait déjà convenu d’un rendez-vous avec celui qu’il avait, dans le passé, appelé son « petit frère » avant de l’affubler du qualificatif « Ti crétin ».

Le leader du MSM a tenu à rappeler que c’est Paul Bérenger qui a souhaité le rencontrer. «&nbsp C’est le leader de l’opposition qui a voulu s’entretenir avec moi. Je vais écouter ce qu’il a à dire avant de me prononcer », a déclaré à Pravind Jugnauth à lexpress.mu en fin d’après-midi, hier mercredi 10 août.

Les deux hommes affirment qu’ils discuteront&nbsp de la réforme électorale. Cette question a été à l’origine de sérieuses divergences entre le MSM et le MMM dans le passé.

En effet, en 2004 le comité parlementaire présidé par le dirigeant du MMM, Ivan Collendaveloo, soumet son rapport sur le projet de réforme électorale. Le document est accompagné du projet de loi nécessaire à la mise en œuvre de la réforme proposée.

Dans les grandes lignes le comité Collendaveloo propose un Parlement de 100 membres avec le maintien de l’élection de 62 députés, dont deux de Rodrigues, selon le système de « First past the post » actuellement en vigueur. Le rapport propose également la nomination de 30 autres députés sur la base de la représentation proportionnelle et à partir d’une liste déposée avant les élections, auprès de la Commission électorale.

Le nombre de députés nommés pour chaque parti ou alliance en lice se ferait sur la base du pourcentage total de votes recueillis. La formule avait été définie de manière à corriger les faiblesses du système de « First past the post ». La nomination de Best losers devait être également maintenue.

A l’époque le MMM se félicite du travail accompli par son dirigeant. De son côté, le Parti Travailliste, qui était le principal parti d’opposition, et qui était également représenté su sein du comité parlementaire, adhère totalement au projet de réforme.

Seule voix discordante, celle du MSM, le partenaire du MMM au gouvernement. Le parti des Jugnauth - Sir Anerood, Pravind et Ashock -&nbsp&nbspn’est pas contre l’introduction d’une dose de proportionnelle dans notre système électoral mais il n’est pas d’accord avec la formule suggérée.

Pravind Jugnauth exprime des craintes sur un éventuel « débalancement » des résultats des élections qui aboutirait à une instabilité politique. A l’époque, le MSM estime que cette situation serait possible si la différence entre le pourcentage total de votes recueillis par les blocs politiques était infime.

Le MSM a-t-il changé d’avis ? Pravind Jugnauth ne nie pas les divergences avec le MMM sur la question. Toutefois, il soutient qu’il lui faut d’abord en discuter avec Paul Bérenger avant de faire une déclaration.

« C’est vrai qu’il y a eu des divergences sur ce sujet entre le MMM et MSM. Ce sont des divergences du passé. Mais cela demeure un fait. On ne peut pas le nier. Laissez-moi d’abord entendre ce que le leader de l’opposition a à dire sur sa position actuelle et je me prononcerai après », déclare-t-il à lexpress.mu.

Cette déclaration peut laisser comprendre que Pravind Jugnauth s’attend à une évolution dans la position de Paul Bérenger sur la question.

Toutefois, l’annonce que « les deux leaders » feront une déclaration à l’issue de cette première rencontre laisse présager que la discussion a déjà été entamée et qu’une position commune a déjà été définie. Il est difficile d’imaginer que Paul Bérenger et Pravind Jugnauth vont déclarer ensemble qu’ils ne sont toujours pas sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne la réforme électorale.

D’autant plus que le leader de l’opposition a réaffirmé que le rapport du Select Committee présidé par Ivan Colendavelloo en 2004 reste un document complet et plus que jamais d’actualité. Il avait même pris la peine d’apporter une copie du rapport en question à sa conférence de presse du samedi 6 août.

Quant à la probabilité que les discussions&nbsp débordent sur d’autres sujets d’actualité politique, dont un rapprochement entre le MMM et le MSM, Pravind Jugnauth répond avec amusement :&nbsp « Je vous laisse deviner ! »

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires