Pravind Jugnauth réclame son ancien garde du corps pour garantir sa sécurité

Avec le soutien de

Pravind Jugnauth n’entend pas mettre sa vie entre les mains de n’importe qui. Hier, aux Casernes centrales, il aurait demandé que cette tâche incombe à un des membres de la «Very Important Person Security Unit» (VIPSU) qui assurait sa sécurité quand il était ministre des Finances.

Le «Central Criminal Investigation Department» (CCID) propose une protection au leader du Mouvement socialiste militant (MSM). Mais ce dernier veut imposer le nom du policier qui assumera cette tâche. C’est ce qu’indiquent nos sources au Sun Trust.

«Nous ne sommes pas encore tombés d’accord, j’ai fait des propositions et ils vont devoir revert back», indique Pravind Jugnauth, sollicité par l’express. Il précise avoir proposé quelques noms de «personnes qui ont travaillé avec lui par le passé».

La balle est désormais dans le camp du CCID. Pravind Jugnauth a eu recours à un Precautionary Measure la semaine dernière, après avoir été alerté, de sources gouvernementales, que sa vie serait en danger. Le leader du MSM a affirmé avoir été informé qu’il pourrait être victime de sérieuses agressions physiques, voire d’un attentat. Ces menaces, a-t-il ajouté, feraient suite aux déclarations qu’il a faites à la police pendant son interrogatoire.

Celles-ci concernaient le rôle de deux ministres dans l’affaire de pédophilie alléguée au Mauritius Institute of Training and Development. Pravind Jugnauth avait également fait des déclarations sur la femme d’affaires Nandanee Soornack.
Les leaders de l’alliance MMM-MSM n’avaient pas tardé à réagir. Paul Bérenger avait souligné prendre «la chose bien au sérieux», alors qu’Anerood Jugnauth avait évoqué «un complot ourdi pour abattre son fils».
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires