Pravind Jugnauth : La compensation salariale ne concerne que l’année écoulée

Avec le soutien de

C’est le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, qui a été sur la sellette lors de la première partie de la séance parlementaire ce mardi 9 novembre, lors de la Private Notice Question (PNQ). Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, s’est intéressé à la perte de pouvoir d’achat.

«Aucun gouvernement n’a jamais pratiqué une politique de rattrapage en matière de compensation salariale», a déclaré, ce matin, le Grand Argentier, en réponse à la première partie de la question de Paul Bérenger. Ce dernier a d’abord demandé au Grand Argentier s’il est au courant que tous les salariés du pays, ainsi que les retraités et les bénéficiaires d’aides sociaux, ont subi une perte de leur pouvoir d’achat depuis l’arrivée au pouvoir de l’Alliance sociale, en l’occurrence en 2005.

Paul Bérenger s’est intéressé à la période 2005-2009 parce qu’il y a un an de cela, Pravind Jugnauth encore dans l’opposition avait fortement critiqué son prédécesseur aux Finances, Rama Sithanen, estimant que les salariés devrait toucher une compensation de 17%, car en quatre ans, leur pouvoir d’achat avait baissé de 32% et qu’ils avaient touché une compensation cumulée de 15%.

Répondant à Paul Bérenger, Pravind Jugnauth a aussi fait ressortir que le taux d’inflation cumulative de 2005 à 2010 est de 41%. Et d’assurer que le gouvernement s’engage à protéger les ménages et les salariés car leur pouvoir d’achat constitue sa priorité. «Le fruits de la croissance doivent être équitablement distribués», a-t-il ajouté.

A propos d’une interpellation concernant le fonctionnement du National Tripartite Forum (NTF), Pravind Jugnauth devait faire ressortir qu’étaient encore en cours les discussions entre employeurs et les représentants syndicaux sur le framework et le mécanisme du sous-comité pour la détermination de la compensation salariale.

Paul Bérenger a ensuite fait ressortir que Rama Sithanen avait fixé deux plafonds concernant ceux qui pouvaient toucher une compensation salariale : une full compensation pour ceux touchant jusqu’à Rs 3 800 et une compensation partielle pour ceux touchant jusqu’à Rs 12 000. Il demande alors à Pravind Jugnauth s’il compte se défaire de ce système. Le Grand Argentier répond que cela ne relève pas de ses attributions mais de celles du NTF.

A une question du leader de l’opposition concernant une garantie que ne seront pas prises en compte les «propositions ridicules» de la Mauritius Employers Federation, portant sur une compensation de 0 à 1,5%, Pravind Jugnauth a répondu qu’il ne pouvait pas prendre sur lui pour défendre la position des employeurs. Concernant l’autre partie de la PNQ qui concernait Rodrigues, le ministre des Finances a de nouveau renvoyé le leader de l’opposition aux prérogatives du NTF.

Il faut noter que pendant les réponses de Pravind Jugnauth, Paul Bérenger de même que les autres députés de l’opposition n’arrêtaient pas de lancer à son endroit des remarques pour le comparer à Rama Sithanen : «Mem zafer ki Sithanen !», « On finira par regretter Sithanen !» Le leader de l’opposition est même allé jusqu’à se demander si au moment de la présentation du budget, «on n’aura pas du Sithanen sans Sithanen ?»

Pour sa dernière question supplémentaire, le leader de l’opposition a commencé par citer des éléments du discours prononcé en décembre 2009 par Pravind Jugnauth, notamment une remarque à l’effet que «Rama Sithanen ne regarde que dans une direction» et que le précédent Grand Argentier s’était engagé à travailler uniquement pour les possédants.

«Malheureusement, c’est le leader de l’opposition qui regarde dans la même direction que l’ex-ministre des Finances», a alors répondu Pravind Jugnauth. Il a ensuite évoqué la demande de Paul Bérenger pour la dépréciation de la roupie, soulignant qu’une telle décision ne bénéficiera pas aux consommateurs.

Pour cette reprise de travaux parlementaires, le Leader of the House, Navin Ramgoolam, a rendu un vibrant hommage à l’ex-vice-président Angidi Chettiar et à l’ex-parlementaire Haroon Aubdool, tous deux décédés récemment. Il faut noter que Paul Bérenger, se joignant à l’hommage du Premier ministre, s’est plu à rappeler qu’il y a une quinzaine d’années, c’est dans la maison d’Angidi Chettiar qu’avait été conclue l’alliance Parti travailliste-Mouvement militant mauricien. Il a aussi rappelé qu’Angidi Chettiar a tout fait pour éviter une cassure de cette alliance quand les premiers problèmes ont surgi.

Soulignons que l’ex-Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin se trouvait ce matin dans la galerie des invités.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires