Pravind Jugnauth cible Bérenger et Ashock Jugnauth dénonce la campagne de Pravind

Avec le soutien de

Pour leurs dernières grandes manifestations publiques, Ashock Jugnauth et Pravind Jugnauth ont réuni leurs partisans à Quartier Militaire et à Saint Pierre.

Les deux rivaux auront réuni des foules plus ou moins semblables en nombre. Mais le calcul est toujours aléatoire surtout si l’on tient en compte le fait que de nombreuses personnes présentes sont «importées» d’autres régions.

Lorsqu’on parle de meeting de clôture pour une campagne électorale à Maurice, il faut s’attendre à des shows. Les électeurs de Quartier Militaire-Moka n’en ont pas été privés pour les derniers rassemblements de la campagne au No. 8. Pravind Jugnauth est érigé en héros. Les militants du MMM-UN-PMSD ont, pour leur part, assuré une bonne ambiance dans l’ensemble.

Comme il fallait s’y attendre, les principaux orateurs aux deux rassemblements ont repris les mêmes arguments déclinés tout le long de la campagne. Compte rendu ci-dessous.

Paul Bérenger et Ashock Jugnauth

Le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM) donne trois raisons selon lesquelles il faut voter pour Ashock Jugnauth.

La première étant, selon lui, le fait qu’il faut sanctionner le gouvernement à cause «de la situation économique du pays, les licenciements, les erreurs de Rama Sithanen mais aussi à cause de la fraude et de la corruption ambiantes et le comportement de Navin Ramgoolam par rapport à ces fléaux.»

La deuxième raison évoquée par Paul Bérenger est la campagne menée par Pravind Jugnauth et l’argent que celui-ci aurait dépensé durant cette campagne. «Ils sont en train d’essayer de voler cette élection», affirme-t-il, en ce sens.

Enfin, troisième raison énumérée par Bérenger, «les mérites d’Ashock Jugnauth dans cette circonscription où ce dernier aurait bien travaillé.

Ashock Jugnauth, pour sa part, dénonce les «réunions sectaires organisées par Pravind Jugnauth.» Il lui reproche aussi le fait de s’allier à des gens qui l’ont insulté lors des dernières législatives.

Pravind Jugnauth

Le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM) a consacré plus de trente minutes de son discours à Paul Bérenger, leader du MMM. Celui-ci est présenté comme son seul adversaire. Pravind Jugnauth a aussi saisi l’occasion pour remercier les «rouges» qui étaient présents dans la foule. Il se trouvait effectivement des personnes qui brandissaient des drapeaux rouges. Mais ces drapeaux ne contenaient aucun sigle.

Lors de son intervention, Pravind Jugnauth a procédé à plusieurs correspondances. Parmi, cette expression qui rappelle celle utilisée par Navin Ramgoolam, à savoir, «la circonscription No. 8 aura l’occasion d’écrire l’histoire du pays.» Il n’a pas manqué non plus, à l’instar du président de la République sir Anerood Jugnauth, de demander à Paul Bérenger de faire son autocritique avant de critiquer les autres- «ki li alle guette so figir dans la glace».

Il a également tenté de réfuter les critiques formulées contre lui par ses adversaires. Lui, communal? Il rappelle qu’il a accepté que Paul Bérenger soit Premier ministre entre 2003 et 2005. Il se défend aussi d’utiliser un double langage.
Par contre, il énumère, lui-même, ses qualités, dont «la sincérité, la loyauté et la solidarité.»

Par rapport à Ashock Jugnauth, pas de grande déclaration. Sauf qu’il assure qu’il n’aurait jamais pu imaginer qu’il y aura un jour un Jugnauth aussi «couillon» dans sa famille.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires