Pravind Jugnauth : « Nous sommes totalement favorables à un remake de 2000 »

Avec le soutien de

Le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) a bouclé sa campagne d''''explications entamée après la cassure de l''Alliance de l''Avenir. L''occasion pour lui d''affirmer sa volonté de travailler en faveur d''une alliance dirigée par l''actuel président de la République.

C''est dans sa circonscription au No. 8 (Moka/Quartier-Militaire) que le MSM a bouclé sa campagne d’explications, ce vendredi 9 décembre. Quelques 300 personnes ont assisté à ce seizième congrès et dernièr de la série au Mohit Hall, à Saint-Pierre. Le leader du parti soleil y a énoncé un véritable plaidoyer en faveur du remake d''une alliance avec le Mouvement militant mauricien (MMM), version 2000, qui avait à sa tête Sir Anerood Jugnauth.

« J''observe un grand enthousiasme lorsqu''un remake de 2000 est évoqué. Nous au MSM, nous sommes totalement favorables à cet idée », soutient Pravind Jugnauth.

Après avoir brièvement fait allusion à la cassure de cette alliance en 2006, il appelé ses partisans à travailler pour la faire revivre.

« Maintenant, nous devons mettre le pays avant tout. Et ce sont les soldats qui doivent faire de sorte que les dirigeants concrétisent ce remake », a lancé Pravind Jugnauth aux activistes orange.

Il est revenu sur les débats qui ont précédé le vote du Local Government Act à l''Assemblée nationale en reprenant le terme de « viol de la démocratie ». Il a également commenté le rapport de Transparency International qui a dégradé Maurice dans le classement de perception de la fraude et de la corruption.

« Si nous avons dégringolé dans ce classement, ce n''est ni la faute du MSM ni celle du MMM. Ce sont les déclarations de Kamajeet sur le trafic d''influence dans le recrutement au sein de la fonction publique qui en sont responsables », s''insurge le leader du parti soleil.

Auparavant, Pravind Jugnauth a repris les allégations déjà émises à l''encontre du Premier ministre, de Rashid Beebeejaun et de Rajesh Jeetah. Il a une nouvelle fois associé le nom du Chief Governement Valuer, Yodhun Bissessur à celui de Navin Ramgoolam.

Il a, ensuite, laissé entendre que certains membres de la majorité gouvernementale ont favorisé leurs proches dans les recrutements et les nominations au sein d’organismes publics. Il a cité, entre autres, le nom de Sheila Bapoo, d''Hervé Aimée et de Navin Ramgoolam lui-même.

Les autres dirigeants du MSM, dont Ashit Gunga, Nando Bodha et Showkutally Soodhun, sont aussi intervenus au cours de ce congrès présidé par Sheila Grenade.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires