Post-inondations: quand Ramgoolam mêle politique et dons aux sinistrés

Avec le soutien de

Pendant que le Premier ministre procédait à la distribution de bons d’achat, une cinquantaine de femmes s’étaient massées en face du Parlement. (Photo Jean Yves Chavrimootoo)

Navin Ramgoolam a profité de la cérémonie de remise de bons d’achat à 215 familles affectées par les inondations des 13 février et 30 mars derniers, mardi 30 avril, pour se livrer à un règlement de compte politique. Des inondations qui ont également fait onze morts, à Port-Louis.

Sastratégie: rappeler les «inactions» du leader de l’alliance MSM-MMM sir Anerood Jugnauth (SAJ) au bon souvenir de la population. Le Premier ministre a ainsi, en plusieurs occasions, remonté le temps, citant entre autres l’accident survenu en 1989 impliquant un autobus et qui avait fait trois morts, dont une mère de famille et son enfant. Selon Navin Ramgoolam, ce drame était le résultat d’inondations survenues durant l’année et qui avaient provoqué l’effondrement de plusieurs rochers. «Il a fallu que j’accède au poste de Premier ministre en 1995 pour que des travaux soient effectués...».

Le chef du gouvernement a, dans la foulée, tenu à rappeler qu’il a toujours porté secours aux sinistrés. D’ailleurs, a-t-il souligné, c’est lui qui est à l’origine de la création du Prime Minister’sRelief Fund. «C’est en1997 que j’ai eu cette idée.» Un fonds gelé en 2000 par l’opposition, a-t-il déclaré.

A l’issue de la cérémonie, Navin Ramgoolam a donné ses impressions sur Politis, le premier sondage trimestriel réalisé par DCDM Researchet l’express-dimanche. «C’estl’expression de la majorité silencieusequi confirme ce que noussavions déjà. Le Parti travaillisteaussi fait des sondages. Ilssont sérieux.»

Alors que la cérémonie se déroulait au Sir Harilall Vaghjee Hall, au Gouvernement House, une cinquantaine de femmes des régions de Sainte-Croix, Cité La Cure, Roche-Bois et Batterie-cassée, manifestaient à l’extérieur. Elles affirment n’avoir reçu aucun soutien de l’Etat, alors qu’elles ont «tout perdu» dans les inondations du 13 février et du 30 mars dernier.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires