Post-inondations: cinq nouvelles questions parlementaires au Premier ministre

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam devra répondre, à l’Assemblé nationale, du fonctionnement du National Disaster Committee, de l’intervention de la Special Mobile Force (SMF), de l’acquisition annoncée d’un radar et de l’enquête initiée par la police du port.

Les inondations meurtrières du 30 mars dernier suscitent encore l’intérêt de l’opposition parlementaire. Le sujet sera remis sur le tapis lors de la Prime Minister’s Question Time, ce mardi 23 avril.

Les deux premières questions sont inscrites au nom du député du Mouvement socialiste militant (MSM), Mahen Seeruttun. Il demandera au Premier ministre des informations sur le fonctionnement du National Disaster and Calamities Committee. Il veut savoir qui préside ce comité et ainsi que sa composition. Le chef du gouvernement devra, aussi, donner des informations sur le nombre des réunions organisées et les décisions prises par ce comité, depuis le début de l’année.

Mahen Seerattun recherchera, ensuite, des précisions sur l’intervention de la SMF lors des inondations du 30 mars dernier. Il veut connaître le nombre d’officiers déployés ainsi que les régions où les interventions ont eu lieu.

Son leader, Pravind Jugnauth, prendra le relais pour réclamer des explications du Premier ministre sur l’acquisition programmée d’un radar pour les services météorologiques. Navin Ramgoolam sera invité à dire pourquoi le gouvernement a abandonné ce projet en 2012. Projet pourtant annoncé comme une urgence, lors de la lecture du discours-programme 2010-2015.

Six paragraphes de ce discours-programme étaient consacrés aux «Natural Disasters and extreme weather events», annonçant une série de mesures, dont l’achat d’un radar, pour contrer le «risque croissant» du changement climatique. Toutefois, aucune mention n’avait été faite à ce propos dans le discours-programme 2012-2015, présenté après la cassure de l’Alliance de l’Avenir en 2011.

Joe Lesjongard axera, lui, sa question sur l’enquête initiée par la police du port, sur la mort des six personnes qui sont restées coincées dans le tunnel sud menant au front de mer. L’enquête placée, dans un premier temps, sous la responsabilité du chef-inspecteur Hector Tuyau et supervisée par l’assistant-surintendant de police Boodhram a été, par la suite, confiée à une autre unité. Le député mauve interrogera le Premier ministre sur les raisons qui ont poussé le commissaire de police à relever Hector Tuyau de cette enquête.

C’est le député Veda Baloomoody qui clôturera la série des questions sur les inondations meurtrières du 30 mars. Il veut savoir si des sanctions ont été prises contre la compagnie qui assurait la sécurité dans les tunnels du Caudan.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires