Port-Louis : Hervé Aimée pour le retour de l’express à la bibliothèque municipale

Avec le soutien de

Le ministre des Administration régionales, Hervé Aimée, est d’avis que les utilisateurs des bibliothèques municipales doivent avoir accès à toutes les publications locales. Il affirme avoir fait part de son souhait à la municipalité de Port-Louis.

La réponse du&nbsp ministre des Administrations régionales, à la suite d’une question parlementaire du député MMM, Adil Ameer Meea,&nbsp a été déposée à la bibliothèque de l’Assemblée nationale en fin de semaine et rendue publique ce lundi 27 juin.

Le député de Port-Louis Est/Port-Louis Maritime voulait connaître les raisons de l’absence des publications du groupe&nbsp La Sentinelle dans la salle de lecture de la bibliothèque de la municipalité de Port-Louis. Toutefois, l’interpellation n’avait pas pu être prise à l’oral, car&nbsp le temps alloué à l’exercice des questions-réponses était déjà écoulé.

Ainsi, dans sa réponse écrite, le ministre Hervé Aimée affirme qu’il n’est pas au courant d’une quelconque directive de son ministère en vue d’interdire l’achat du quotidien l’express par la municipalité de Port-Louis.

«J’adhère à la proposition de l’honorable membre que nous devrons assurer que les bibliothèques municipales offrent l’opportunité à membres du public d’avoir accès à tous les journaux publiés à Maurice», ajoute Hervé Aimée.

Le ministre des Administration régionales affirme qu’il a insisté auprès du conseil municipal de la capitale pour qu’il se plie à ce souhait du ministère de tutelle. Ce qui ne manque de réjouir le député Adil Ameer Meea qui espère revoir les publications du groupe&nbsp la Sentinelle, et plus particulièrement le quotidien l’express,&nbsp sur les tables de lecture&nbsp de la bibliothèque municipale à Port-Louis, et par extension dans les autres collectivités locales où elles sont interdites.

«J’ai évoqué cette question&nbsp de boycott de la Sentinelle au débit de&nbsp l’année. Le&nbsp ministre était déjà au courant, mais n’a rien fait jusqu’ici. Ceci dit, maintenant qu’il a pris l’engagement à l’Assemblée nationale d’insister auprès des collectivités locales concernées, j’ose espérer que les publications de la Sentinelle seront bientôt présentes à la bibliothèque municipale de Port-Louis», a déclaré Adil Ameer Meea à lexpress.mu.

Le boycott de la Sentinelle dure maintenant depuis plus de quatre ans. En 2006, le Premier ministre avait demandé aux services d’information du gouvernement de n’accorder aucune publicité payante aux&nbsp publications de ce&nbsp groupe de presse. A noter que&nbsp La Sentinelle a entamé, en 2010, des procédures légales auprès de la Cour suprême pour réclamer la fin&nbsp de&nbsp ce boycott publicitaire systématique.

Dans les semaines qui ont suivi la proclamation de la victoire de l’alliance dirigée par Navin Ramgoolam aux dernières élections générales, pratiquement tous les ministères, les municipalités ainsi que les différentes institutions publiques et compagnies d’Etat ont résilié leur contrat d’abonnement aux produits du groupe La Sentinelle.

C’est le quotidien l’express qui a été la plus grosse victime de ce boycott. La compagnie nationale d’aviation, Air Mauritius, qui distribuait régulièrement une copie du premier quotidien du pays à ses clients voyageurs, a, elle aussi, mis un terme au contrat qui le liait à La Sentinelle.

Plusieurs organisations internationales, dont Reporters sans Frontières, ont déjà dénoncé ce boycott dont est victime le groupe La Sentinelle.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires