Port-Louis : après sept mois d’attente Antonio Seedoo entre au conseil municipal

Avec le soutien de

Ingénieur de formation, Antonio Seedoo est originaire de Tranquebar.

Sa confirmation à un poste de conseiller à Port-Louis dépendait d’un exercice de recomptage ordonné par la Cour suprême. Les résultats sont tombés samedi 20 juillet : Antonio Seedoo a obtenu trois votes de plus que Martine Bistoquet, candidate du parti au pouvoir. S’il aura attendu près de sept mois, ce qui est sûr, c’est que le 14e conseiller de l’alliance MSM-MMM, représentant l’arrondissement n° 4, n’a certainement pas l’intention de faire de la figuration. 

 
«J’étais confiant que les résultats pouvaient être différents si le recomptage se faisait dans un environnement plus serein que celui qu’on a connu en décembre. J’ai eu recours à la justice. Les événements m’ont donné raison. Je vais me mettre au travail sitôt la cérémonie de prestation de serment terminée», dit-il. Car Antonio Seedoo a été formé à la dure école de la réalité de Tranquebar, d’où il est originaire. 
 
«Si vous devenez membre d’un groupe de pairs à Tranquebar, il vous sera difficile de vous en sortir. J’ai perdu mon père à l’âge de 12 ans. Ma mère, Rosemay Fidou, n’a pas fait de grandes études mais a compris que la mobilité sociale passe obligatoirement par l’éducation. Nous sommes une famille de six enfants, dont cinq garçons. Tous les garçons ont fait des études universitaires», explique le nouveau conseiller. 
 
Pour Antonio Seedoo, «l’encadrement familial a joué un rôle prépondérant dans notre parcours respectif. Ce n’est pas le cas pour une bonne partie des enfants de Tranquebar». Ce qui lui fait dire que «la meilleure façon d’infl uencer les choses lorsqu’on est conseiller, c’est d’agir au niveau du processus de prise de décision». 
 
Fort de son diplôme d’ingénieur en technologie de textile à l’université de Maurice, il prend de l’emploi comme responsable de production chez Berque Ltée, une société spécialisée dans la fabrication d’accessoires pour l’industrie du textile. Avant de s’envoler pour l’Irlande où il travaille un peu plus d’un an chez Drape Age, une entreprise spécialisée dans la conception de décors en art du textile pour les salles de spectacle. Il a créé sa propre boîte et est consultant dans le domaine de l’assurance qualité.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires