PNQ sur l’affaire MITD: Bunwaree mis à mal

Avec le soutien de

Le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, s’est retrouvé sous un feu roulant de questions du leader du l’opposition, Alan Ganoo, au Parlement, ce mardi 21 mai. Tantôt sur la défensive, tantôt vindicatif, il a donné plus de précision sur la déposition de Yogendranath Servansingh, l’Acting Divisional Manager du MITD, à la police.

Un sentiment qui se dégage à l’issue de la Private Notice Question (PNQ) de ce mardi 21 mai au Parlement : c’est sans aucun soutien de ses pairs que le ministre Bunwaree a dû s’expliquer sur l’affaire de pédophilie alléguée au MITD. Alors que son ministre se trouvait sous un feu roulant de questions, Navin Ramgoolam s’attelait d’ailleurs à converser avec ses voisins…

Le leader de l’opposition, Alan Ganoo, s’est, en fait, attardé sur le rôle de Yogendranath  Servansingh, l’Acting Divisional Manager du MITD. Il a notamment voulu savoir si ce dernier avait obtenu l’autorisation nécessaire avant de donner une déposition à la police contre la psychologue Pascale Bodet, et l’enseignante de l’établissement, Sudha Singh. C’est d’ailleurs suite à cette déposition que les deux ont été arrêtées. Ce haut cadre du MITD avait porté plainte contre elles pour faux et usage de faux.

Yogendranath Servansingh n’a pas porté plainte de son propre chef, a notamment indiqué Vasant Bunwaree. Il a expliqué qu’auparavant, il y avait eu une réunion la veille avec les dirigeants du MITD. Réunion au cours de laquelle l’Acting Divisional Manager a reçu l’aval de la direction pour aller de l’avant avec sa plainte.

Alan Ganoo s’est alors étonné que lorsqu’il a donné sa déposition, il n’a fourni aucun «specimen signature» pour que la police puisse établir qu’il y a eu faux et usage de faux.

Le leader de l’opposition a aussi interrogé le ministre sur une éventuelle réunion entre la mère de la mineure et la psychologue. La mère avait alors concédé que sa fille entretenait bien une relation avec un ex-instructeur du MITD, a précisé Alan Ganoo. «Jamais», a rétorqué le ministre. La mère, soutient-il, a même donné une déposition à la police pour affirmer le contraire. Il ajoute qu’au cours d’une réunion entre la psychologue, l’Acting Divisional Manager et des officiers de la MITD, la mineure avait nié toute relation avec l’ex-instructeur.

Voulant prouver ses dires, le ministre a aussi voulu déposer une lettre de l’élève envoyée à son avocat. Lettre qu’il voulait lire au Parlement. Mais l’opposition a refusé, arguant qu’il s’agissait là d’une lettre privée. Le Speaker s’est rangé du côté de l’opposition et s’est prononcé contre la lecture de cette lettre.

Autre volet de la PNQ : d’éventuelles failles dans le rapport du fact-finding committee sur l’affaire MITD. Il n’y a pas de manquements à ce niveau, a précisé le ministre Bunwaree. Il a cependant concédé que c’est au MITD que l’affaire n’a pas été traitée comme il se doit. L’affaire a traîné parce qu’elle est passée de mains en mains, de l’Acting Divisional Manager au directeur du MITD, qui par la suite est parti en vacances, a dit en substance Vasant Bunwaree.

Satish Boolell a, lui, interrogé le ministre sur l’examen médical effectué sur la mineure. «C’est le Chief Police Medical Officer, Sudesh Kumar Gungadin, qui a effectué cet examen», a répondu Vasant Bunwaree.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires