PNQ : De graves allégations de conflit d’intérêt formulées contre le Chief Government Valuer

Avec le soutien de

Paul Bérenger a formulé, lors de la Private Notice Question (PNQ) de ce mardi 17 mai, de graves allégations de conflit d’intérêt contre Yodhun Bissessur (photo). Ce dernier serait un des directeurs d’une entreprise offrant des services d’évaluation foncière.

Le leader de l’opposition a déposé un prospectus de Poly Experts Co. Ltd qui présente Yodhun Bissessur, Chief Government Valuer et directeur du département de Valuation and Real Estate and Consultancy Services (VRECS) du ministère des Finances, comme un de ses partenaires. Le document précise le poste officiel de ce haut fonctionnaire. Ce qui serait contraire aux règles de la fonction publique.

Le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, a annoncé que son ministère est en présence de ces informations et qu’une enquête a déjà été initiée à ce sujet. Toutefois, il devait déclarer que le supérieur de Yodhun Bissessur n’a pas jugé nécessaire de le suspendre en attendant les conclusions de l’enquête de la commission anti-corruption. Le Chief Government Valuer est actuellement en congé prolongé.

Le leader de l’opposition a demandé à Pravind Jugnauth s’il était au courrant que cet officier se rendait régulièrement à son bureau pour donner des instructions et avait depuis son arrestation par l’Icac pris possession de plusieurs dossiers.

Yodhun Bissessur avait, en effet, été placé en état d’arrestation en même temps que son collègue Anerood Jeebodhun, Leading Government Valuer, le mardi 5 avril dernier. Ils avaient été libérés sous caution après avoir été traduits devant la cour de district de Rose-Hill. Une charge de «receiving gratification» a été retenue contre eux en vertu de la section 7 de la Prevention of Corruption Act (POCA 2002).

Paul Bérenger a aussi voulu savoir si des ministres avaient bénéficié des services de Yodhun Bissessur à titre privé. Question à laquelle le ministre des Finances n’a pas pu répondre non plus. Il a alors invité le leader de l’opposition de soumettre les informations qui étaient à sa disposition pour vérification. Le leader de l’opposition est, lui, d’avis que le ministère des Finances dispose des ressources nécessaires mener une enquête approfondie.

Quant à la première partie de la PNQ qui avait trait aux autorisations reçues par le Chief Government Valuer pour exercer dans le privé. Dans sa réponse, Pravind Jugnauth a rappelé que c’était une pratique courante que d’autoriser certaines catégories de professionnels de la fonction publique à offrir leurs services à titre privé. «Une pratique qui existait également entre 2000 et 2005», a ajouté le ministre des Finances.



&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires