PNQ : Beebeejaun concède qu'il y a retard dans la construction du barrage d’Arnaud

Avec le soutien de
Le site identifié pour la construction d’un barrage à Arnaud. Le chantier a été confié à la firme chinoise Sinohydro, qui n’a pu cependant achever les travaux dans les temps.

 Le site identifié pour la construction d’un barrage à Arnaud. Le chantier a été confié à la firme chinoise Sinohydro, qui n’a pu cependant achever les travaux dans les temps.  

Il y a un retard de six mois dans le projet de déviation d’eau vers Mare-aux-Vacoas. Lors de la PNQ ce mardi 28 mai, le ministre Rashid Beebeejaun a concédé que la faute revient à la compagnie chinoise Sinohydro.

Au centre des critiques du leader de l’opposition, Alan Ganoo, à l’Assemblée nationale ce mardi 28 mai : l’octroi du contrat pour la construction d’un barrage à Arnaud à une compagnie chinoise Sinohydro. Au fil des questions d’Alan Ganoo suivant sa Private Notice Question (PNQ) adressée au Deputy Prime Minister, Rashid Beebeejaun, il ressort que cette entreprise a accusé un retard de six mois dans la réalisation des projets. 

 
 
Le chantier a accumulé six mois de retard, a concédé le ministre Beebeejaun. Le projet vise en fait la déviation de l’eau du réservoir Mare Longue à celui de Mare-aux-Vacoas. La construction d’un barrage et un canal à travers la région d’Arnaud au centre du pays sont aussi prévus. L’objectif : remplir le réservoir de Mare-aux-Vacoas qui avait atteint son plus bas niveau à cette époque. L’appel d’offres avait lancé fin 2011 par le ministère des Services publics. 
 
 
Mais que se passe-t-il en cas de non-respect du contrat ? Alan Ganoo s’est attardé sur le fait que, selon son contrat, cette compagnie devrait encourir des sanctions financières dans ce cas. Le State Law Office a été consulté pour les sanctions prévues, a répondu le ministre Beebeejaun. Selon lui, elles ne sont cependant pas applicables pour le moment. 
 
 
Jusqu’ici, Sinohydro a perçu près de Rs 75 millions dans le cadre de ces projets. Il semblerait que c’est un problème de communication entre les consultants, les officiers du ministère et l’entrepreneur, qui est à l’origine de ce retard. Car ils sont, pour la plupart, des ressortissants chinois.
 
 
Rashid Beebeejaun a cependant indiqué que son ministère considère plusieurs options pour décanter la situation. Parmi les solutions possibles : octroyer le contrat à une autre compagnie de construction, ou encore accorder plus de temps à Sinohydro pour compléter les travaux. Rashid Beebeejaun a aussi expliqué qu’il s’est rendu sur les lieux la semaine dernière et que, déjà, une enquête a été ouverte.
 
 
Alan Ganoo, lui, n’a pas manqué d’énumérer les chantiers où les travaux que Sinohydro n’a pas été complétés. Il a, de ce fait, été interrompu par le Speaker Razack Peeroo, lui intimant l’ordre de se confiner à sa PNQ.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires