PMSD: Michael Sik Yuen poussé vers la porte de sortie

Avec le soutien de

La crise au sein du Parti mauricien social démocrate (PMSD) s’accentue. Le travail de terrain se fera sans Michael Sik Yuen. C’est ainsi que l’état-major des Bleus interprète le mutisme du ministre du Tourisme. Le PMSD aurait décidé de passer à l’offensive.


«Nous sommes sans nouvelles de lui depuis près de deux semaines. Et ce, bien que nous multipliions les tentatives de prises de contact avec lui», souligne un membre du Bureau politique (BP) bleu.

Ce membre soutient également que les Bleus ont tenté de joindre Michael Sik Yuen pour l’informer de l’intronisation de Richard Duval comme chef de file des Bleus au No 17, lors d’une réunion du PMSD à la rue Bougainvilliers Eau-Coulée, Curepipe, mardi 5 mars.

Mais le ministre du Tourisme a, dit-il, joué «aux abonnés absents». Michael Sik Yuen se trouvait alors au Salon international du tourisme, à Berlin. Maurice y a remporté deux trophées, ceux de «Destination de l’année 2013» et «Best Golf Destination Campaign 2012». Le ministre du Tourisme est rentré au pays hier matin. Et la ville Lumière devrait bientôt se transformer en terrain de bataille entre Michael Sik Yuen et Richard Duval.

L’état-major du PMSD aurait déjà été informé des tentatives de Michael Sik Yuen de retourner les «joes» de Curepipe contre Xavier-Luc Duval. Le député du No 17 aurait, en aparté avec plusieurs «joes», insisté sur le fait que le ministre des Finances a renié les Curepipiens depuis sa défaite en 2000. C’est pour cette raison que le PMSD aurait décidé de passer à l’offensive.

L’arrivée de Richard Duval dans la ville Lumière a pour but de donner le signal «que les Duval n’ont jamais oublié Curepipe». Le PMSD est néanmoins conscient du fait que Michael Sik Yuen peut compter sur des nouveaux venus dans la basse-cour bleue. Le ministre aurait le soutien de ceux qui ont été les conseillers de Curepipe entre 2005 et 2010.

Richard Duval a derrière lui la vieille garde et l’état-major des Bleus, mais il ne faut pas oublier que le Michael Sik Yuen bénéficie, pour le moment, d’un soutien de taille. Celui du Constituency Labour Party de la circonscription, qui a, à travers son président, Edley Chimon, indiqué que le «PTr ne reconnaît pas Richard Duval à Curepipe».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires