PM: «considérer la réforme électorale et celle de la Constitution dans son ensemble»

Avec le soutien de

Photo d'archive. Navin Ramgoolam adressant son message à travers la télévision, à l'occasion de la Fête nationale, l'année dernière. 

Il l’a réaffirmé: le document sur la réforme électorale sera rendu public avant la rentrée parlementaire. Mais, enchaîne Navin Ramgoolam, il faut apporter des ajustements à la Constitution. Selon lui, il faut «guet reform constitutionnel e system elektoral dan so ensamb ek fer bann modifikasyon avek lakor de la majorite de Moricien». Car «la reform du system elektoral, li enn elemen essentiel de la reform constitutionnel».

Le chef du gouvernement, qui s’adressait à la nation à l’occasion du 46e anniversaire de l’Indépendance de Maurice ce mercredi 12 mars, est ainsi revenu sur son intention d’apporter des amendements à la Constitution. Dans le passé, il avait émis le souhait que le président de la République ait des pouvoirs accrus.

Cependant, pour des raisons légales, Navin Ramgoolam a indiqué que la réforme électorale devrait recevoir une attention immédiate. Il y a notamment un procès intenté à l’Etat par Rezistans ek Alternativ concernant la déclaration de l’appartenance ethnique pour les élections générales.

Cela devrait être une réforme qui consolide la démocratie, a souligné le Premier ministre. Il a ajouté qu’elle sera plus juste envers les femmes et qu’elle se fera dans le respect du choix des Mauriciens. Navin Ramgoolam a souhaité qu’après la publication du document, il y ait des débats essentiels.

«Mo finn toujour dir ki reform elektoral li tro important pour etre deside par bann politisiens seuleman.» Même s’il souhaite l’adhésion des différents courants politiques, le Premier ministre dit déjà savoir qu’il n’aura pas le soutien des politiciens de tous bords, surtout que depuis quelque temps l’opposition ne le juge pas sérieux sur le dossier de la réforme.

«Nous avons déjà eu certaines discussions sur trois rapports, déjà publiés, le rapport Sachs, le rapport Carcassonne et celui de Sithanen», a fait ressortir Navin Ramgoolam. «Mo pa krwar li neseser re-ouver le deba. Mo panse nou bizin concentre lor bann kote ena kontrovers e esay trouv enn konsensus.» Le Premier ministre a déjà prévu des obstacles et pour cela, il a évoqué la possibilité de tirer les bonnes suggestions de ces trois rapports.

Il a ajouté que jamais tout le monde ne sera d’accord et qu’il y aura des politiciens qui chercheront juste leur avantage politique. Il a mis en garde la population contre ceux qui objecteront à toute probable abolition du Best Loser System. «Se pa koum sa ki nou gagne enn bonn reform. Nou bisin met lintere du pays avan lintere politik partisann.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires