Pluies torrentielles : Pravind Jugnauth fustige «l’absence» du Premier ministre

Avec le soutien de

Pravind Jugnauth se dit étonné que Navin Ramgoolam n’ai pas jugé bon de «communiquer» avec la population durant cette journée «cauchemardesque» des pluies torrentielles, où fonctionnaires et employés du privé ont été invite à rentrer chez eux.

Où était donc le Premier ministre le mercredi 13 février 2013 alors que le pays était sous le déluge ? C’est la question posée par Pravind Jugnauth, leader du Mouvement socialiste militant (MSM) lors de sa conférence de presse, de ce vendredi 15 février 2013.

Cette remarque, l’ex-ministre des Finances le fait aussi au chef de la police. Il déplore que ce dernier n’ait pas réagi afin de rassurer la population et qu’il n’ait convoqué une réunion d’urgence aux Casernes centrales qu’à 9h30. Ce alors que l’avis de pluies torrentielles avait été émis par les services météo dès 6h20. Pravind Jugnauth déplore également le manque de coordination entre l’hôtel du gouvernement et le secteur privé quant à l’ordre donnés aux salariés de rentrer chez eux.

Le leader du MSM a aussi vivement condamné les commentaires de la ministre de la Sécurité sociale Sheila Bappoo sur différentes radios quant au «service» qu’offre le gouvernement aux victimes de ces inondations. Il critique également l’alliance gouvernementale d’avoir mis dans un tiroir le plan d’évacuation d’eau décidé par l’alliance MSM/MMM lorsqu’elle était au pouvoir en 2005. De même que le rapport Domah sur les graves inondations de mars 2008 - qui ont causé la mort de 4 personnes - et qui recommandait la mise sur pied d’un organisme chargé de créer une chaine de commande en cas de calamité naturelle.

Parmi les autres sujets abordés ce vendredi&nbsp: le projet de centrale à charbon de CT Power. Pravind Jugnauth a révélé que les promoteurs ont eu la bénédiction du Parti Travailliste parce qu’ils auraient financé la campagne rouge en 2005. Il avance ainsi que le député Patrick Assirvaden a signé un contrat, en sa qualité de président du Central Electricity Board entre 2005 et 2010 – avec CT Power portant sur quatre points : la création d’une filiale du CEB pour être actionnaire de cette centrale à hauteur de 26 % la responsabilité du CEB pour l’importation du charbon le rachat par le CEB0 de l’électricité produite par CT Power pour une durée de 20 ans avant d’acquérir la centrale pour la somme symbolique d’un dollar.

Toujours sur le dossier CT Power, Pravind Jugnauth juge les propos du Premier ministre quant au « charbon noir, charbon blanc » de raciste.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires