Plainte contre une université privée : 20 dépositions et un départ

Avec le soutien de

 Vijeta (au centre), inscrite à Spherinity, et d’autres étudiants de cette institution se sont rendus au CCID ce samedi 14 septembre. La jeune femme a choisi de rentrer dans son pays. 

 Des 40 étudiants indiens et népalais qui devaient se rendre au CCID ce samedi 14 septembre, 20 ont fait une déposition jusqu’ici. Ils ont dénoncé divers problèmes à «Spherinity Training Institute». Les autres se rendront aux Casernes centrales le lundi 16 septembre.

 «J’ai eu tellement peur que j’ai préféré partir. Vu la situation, je crains que les choses ne dégénèrent…» Vijeta, une étudiante népalaise de Spherinity Training Institute, a choisi de rentrer dans son pays ; elle devrait prendre l’avion ce samedi 14 septembre en fin d’après-midi. L’institution, située à Flacq, fait face à des accusations d’escroquerie. 20 étudiants indiens et népalais ont donné une déposition en ce sens au Central Criminal Investigation Departmentdans le courant de la journée.

Et, 17 autres étudiants se rendront aux Casernes centrales le lundi 16 septembre. Parmi eux, cinq qui n’ont pas pu faire leur déposition aujourd’hui, car ils n’avaient pas leur carte d’identité avec eux.

Les hommes de loi de ces étudiants feront, de leur côté, une mise en demeure, lundi, contre Spherinity Training Institute et le Passport and Immigration Office. Ils demandent à ce qu’ils ne soient pas expulsés jusqu’à ce que l’affaire soit réglée.

Quant à Dhiraj Ghimire et Krishna Dahal, les deux Népalais qui ont reçu vendredi 13 septembre leur lettre d’expulsion, ils ont été pris en charge par le Regroupma Travayer Sosyal. Ils ont été logés au Centre association socioculturel de Tranquebar, pour leur sécurité.

Pour alerter sur la situation de ces étudiants, Eddy Sadien et Jeff Lingaya, du Regroupma Travayer Sosyal, comptent faire un sit-in à partir de ce soir. Ils attendent une réponse de la mairie pour s’installer au Jardin de la compagnie, à Port-Louis. En cas de réponse négative, ils se rendront près de la municipalité.

Ces étudiants indiquent qu’ils s’étaient inscrits en Hotel Management. Or, à leur arrivée à Maurice, on leur a indiqué que ces cours n’étaient pas disponibles et on leur a proposé des cours en informatique à la place. Ils indiquent également qu’on leur avait promis six mois de stage payés. Mais, ils disent n’avoir rien eu.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires